Aérien, disent-ils (11)

À l’époque, en 1999, les entreprises qui concourraient à l’appel d’offres pour le chantier du métro de Salvador étaient au nombre de cinq, en dehors de Metrosal et Impregilo. Odebrecht, OAS, Queiroz Galvão, Alstom et Constram. Alstom, faut-il le rappeler est française.
Ces cinq entreprises sont suspectées par le Ministère Public de São Paulo d’avoir formé constitué un consortium occulte et illégal sont les “règles internes” prévoyaient que quel que soit le vainqueur de l’appel d’offres, toutes les autres entreprises participeraient out de même au chantier et seraient rémunéréeLe “contrat”, document écrit, est actuellement entre les mains du procureur de la République de Bahia.
Improbité administrative. Voilà l’une des accusations. En 2001, l’entreprise avait allégué avoir perdu l’appel d’offres malgré un devis moins élevé et un travail de qualité équivalents au vainqueru, Metrosal. Ceci impliquait donc, selon le Ministerio Publico, une “faveur” de la part de la compagnie publique Companhia de Transportes de Salvador (CTS). Le procureur de bahia, Israel Gonçalves, a ainsi déclaré vendredi : “Pour l’instant, il ya des indices de contrats illicites seulement pratiqués par les participants à l’appel d’offres, mais nous allons enquêter s’il y a une relation espúria avec les fonctionnaires du service public, étant donné que CTS a toujours cédé aux demandes de Metrosal, signant tous les additifs du contrat”.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *