Libres (0)

7 août 2008. São Desidério, 870 km à l »ouest de Salvador. Les fazendeiros avaient « recruté » les sept hommes dans l »Etat du Goias il y a trois mois. Main d »oeuvre répartie sur trois fermes isolées, ils devaient chaque jour parcourir quatre kilomètres à pied, une bonne part du trajet l »eau jusqu »à la ceinture. Leur logement précaire n »avait ni eau, ni toilettes, ni salle d »eau. Ils ne disposaient ni de matelas ni de cuisinière. Mangeaient et cuisinaient à même le sol. Ne disposaient pas d »eau potable. Et leur salaire, en espèces, n »atteignait le minimum vital. Les inspecteurs régionaux du Travail, le 2 août, viennent de mettre fin à leur calvaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *