Fééries éternelles bahianaises : Caymmi (1914-2008)

« (…) Et ainsi s »endort cet homme/
Qui jamais n »a besoin de dormir pour rêver/
Car il n »y a de plus beau rêve/
Que celui de sa terre, il n »y en a pas (…) »
(extrait de « João Valentão »)

Bahia, Bahia. Natif d »Itapuã – à l »époque une lointaine et vierge périphérie de Salvador (qu »on appelait alors Bahia) au paysage idyllique – où la mer, les barques, le lac de Abaeté, les pêcheurs, les vagues et leurs ondulations, les présences féminines gracieuses rythmèrent son quotidien, Dorival Caymmi fit tous les métiers. Autodidacte, il composa sa première chanson à seize ans (« No sertão ») et gagna en 1936 le premier prix de la meilleure « marchinha » du Carnaval avec la chanson « A Bahia também dá ».
En 1938, avec sa guitare, il partit alors pour Rio de Janeiro. Son interprétation, à la radio, de « O que é que a Baiana tem ? » lui ouvrit beaucoup de portes. Installé dans la « cidade maravilhosa », de sa voix suave et profonde, en vers minimalistes il chanta ­- avec un immense succès dans les années quarante et cinquante – ce qu »il avait capté visuellement à Bahia, et célébra surtout l »amour.
Entre les chansons «praieras» (ayant pour décor le bord de mer) et les «sambas de roda», il ne fut l »auteur que de cent chansons, et revint rarement à Bahia. Dès les années soixante, le mouvement musical « bossa nova » intégra magnifiquement son répertoire, par la grâçe de João Gilberto et Vinicius de Moraes.
Par le rayonnement de son œuvre et de sa personnalité ­- au côté de celles de son grand ami Jorge Amado­ – Dorival Caymmi incarne pleinement la « baianidade ». Depuis samedi dernier, 16 août 2008, Il est définitivement « le » père de tous les Bahianais. « Il n »y en a pas [d »autre] ».
D. C. est la figure centrale du documentaire « Bahia de todos os sambas » de P.-C. Saraceni et L. Hirzman. Retrouvez ici sa discographie complète (en brésilien)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *