L’âme de Torca, 38 fois éternelle

torca1Comment penser au Carnaval, en ce deuxième jour de l’opus 2010, ce samedi 13 février, sans penser à Torquato Neto ? Comment ne pas penser à Torca, qui aimait venir à Salvador pour vivre la « Folia » comme « son déréglement de tous les sens », sa « doideira » ? Cela se révèle simplement impossible. Et la présence physique proche, ici sur les circuits, de ses amis chers, les bahianais Gilberto Gil, Capinam, Rogério Duarte, et de tant d’autres qui lui ont survécu depuis ce jour de novembre 1972, ne change rien à l’affaire…

Cogito

eu sou como eu sou
pronome
pessoal intransferível
do homem que iniciei
na medida do impossível
eu sou como eu sou
agora
sem grandes segredos dantes
sem novos secretos dentes
nesta hora
eu sou como eu sou
presente
desferrolhado indecente
feito um pedaço de mim
eu sou como eu sou
vidente
e vivo tranqüilamente
todas as horas do fim.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *