Salvador, la balustrade, la lenteur

portjd

Des dizaines de voyages depuis 2003, lents, en route vers Itaparica, depuis cette balustrade du ferry-boat, mais combien enclins aux rêveries et à l’observation, comme un peintre devant son chevalet. Voilà ce qui fut nécessaire, pour savoir capter cette palette – comme un lointain signe à Pancetti – à notre ami le photographe Jean-David Rochat, dans la matinée d’hier, samedi. Et cette vue sonne comme un non définitif et magistral à tout pont entre Salvador et Itaparica.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *