Littoral sud: une harmonie écologique qui tarde

eurclsiosodregaleoUne belle idée, dans un premier temps. Parcourir une douzaine de villages, au long des centaines de kilomètres de la Costa de Dendê*, avec trois photographes, trentenaires. Sur sa propre initiative, Clarinda, menue, Bahianaise, a organisé et mené cette lente dérive pour tenter de documenter  les productions locales artisanales, pour identifier les modes de transports locaux, souvent inadaptés, pour relever les comportements ludiques des enfants, ou bien encore pour décrire la relation du citoyen avec  les déchets domestiques, qui portent grandement préjudice à des décors somptueux. Loin de Salvador, où isolés, oubliés quelquefois, les provinciaux se débattent pourtant tant bien que mal, malgré le « chacun pour soi » pesant. De janvier 2008 à mai 2008, en plusieurs voyages, avec leurs propres deniers, les quatre compères ont parcouru les plages, les petits ports, les maisonnettes des artisans por tenter de cerner leurs pratiques et leur quotidien. Et en ce mois de mars, le spectateur de la Galeria de Arte Acbeu** fait donc face au résultat de ces pérégrinations : plusieurs dizaines de photos en petit format 10×15, le plus souvent, sont simplement collées sur les murs. En quatre blocs visuels, par ces photos brutes, non recadrées, sans légende, on perçoit clairement l’aspect rudimentaire des éléments de la vie quotidienne et la grande potentialité des éléments de la faune et de la flore pour les améliorer.
markdayveboipebaAlors, Clarinda va retourner là-bas, en mai 2010, visiter une trentaine d’autres bleds, avec les mêmes méthodes et deux autres photographes, pour continuer sa quête. L’artisanat et ses débouchés pour la population sera le fil rouge de son mini périple. Cette fois, elle a reçu une aide de l’État, d’environ mille cinq cents euros, pour payer les voyages et l’hébergement, et espère convaincre, à son retour, des décideurs politiques des actions concrètes à mener. Clarinda voudrait aussi mieux configurer son site internet pour présenter sa cueillette multicolore et donner une image concrète de la tâche ardue qui s’annoncera. Vous pouvez donc lui écrire (caca@bentevi.art.br) et consulter son site, qui s’ébauche : http://bentevi.art.br (photos Eurclésio Sodré, ci-dessus et Mark Dayves, ci-contre)

* Qui s’étend, au sud de Bahia, de Itaquara jusqu’à la praia do Pontal, à 430 km de Salvador.
** Petite salle d’exposition d’une école privée de langue américaine, au centre de Salvador. Intitulé de l’exposition: « ê dendê – olhares sobre a Costa do Dendê »

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27 mai 2010

    […] ; leur travail a déjà été évoqué, il y a quelques semaines, dans nos […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *