Caetano Dias, vidéaste de l’irréel mémoriel

caetadar

C.Dias, P.Darzé, le 20/04

C’est un plan bouleversant. Un homme, filmé de trois quart arrière, en plan serré, emplit des seaux d’eau de mer – horizon marin que l’on distingue à peine – et les déverse près de lui, dans la barque où il se trouve. Ce plan, monté en alternance avec des plans larges où la barque se détache au loin, sur l’horizon. Comme le grand  cadreur qu’il est, Caetano donne ensuite aux images un pouvoir temporel grâce au montage. Comme vidéaste, il sait la place donnée à la répétition des scènes, aussi. Ces images pourraient ainsi nous ramener à des plans de Flaherty, de Murnau, tout aussi bien. Un homme se trouve donc face à l’immensité marine et va, sous nos yeux, s’en séparer. Il cherche d’abord, dans ce film “Águas”, à rejoindre à la nage le minuscule habitat représenté par la barque.  Caetano, montre ensuite combien, dans les courtes minutes de cette oeuvre, une réalité apurée, filmée par un regard ciselé peut nous noyer en une irréalité englobante.
La seconde vidéo projetée sur les parois de la galerie – au milieu de photographies qui enserrent une thématique visuelle entre disparition et  apparition – revient, poétiquement, sur l’inondation d’un village de la province de Bahia, en 1978, nommé Remanso. Pour cause de construction d’un barrage. L’allégorie sur ce qui nous est patrimoine est ici permanente, entre rêve et réel. Un autre personnage, encore une fois face à des horizons, marins, mais qui furent terriens, se fond dans le champ alors qu’il fit partie d’une immensité pregnante, d’où seul subsiste et surnage, visuellement, la cime d’un gigantesque réservoir d’eau.
Malheureusement, aucune de ces deux oeuvres digitales de ce grand artiste*, dont les premiers travaux artistiques remontent à 1986, n’est diffusée sur la Toile…
« Águas », de Caetano Dias (2010) ;
« 1978 – Cidade submersa », de Caetano Dias (2010).

* Lors de mon premier entretien avec Paulo Darzé, en 2005, ce dernier avait souligné combien, ajoutés  à la matière picturale même, le soin et la grande rigueur apportés à la gestion de la totalité de son  oeuvre plaçaient Caetano, d’emblée, au tout premier plan des artistes de sa galerie.

Les deux photos ci-dessous sont des photogrammes de “Águas”, extraits du superbe catalogue bilingue portugais/anglais (voir vignette de ce post) édité par Paulo Darzé à l’occasion de cette exposition (21/04-15/05). “Transverso” comprend de nombreuses autres oeuvres, la plupart photographiques, qui se focalisent sur la notion de survivance, entre décombres, matériaux imputrescibles et matières organiques.

cae1cae2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *