Libérés du joug !

barradochocaDix-sept adultes, dont six femmes, et quatre mineurs ont été libérés le 21 juillet dernier de conditions de travail proches de l’esclavage, dans une plantation de café, la Fazenda Estância, dans la ville de Barra do Choça, au sud-est de l’Etat. La propriété appartenait à Paulo Roberto Bastos Viana. Selon le coordinateur du groupe d’inspecteurs ruraux de la  Superintendência Regional do Trabalho e Emprego do Estado (SRTE), Joatan Gonçalves Reis, les travailleurs étaient également « retenus » par des dettes accumulées sur place pour l’achat de la nourriture de base. Aucune condition sanitaire de base n’était fournie. Tous les employés dormaient sur le sol, et certains d’entre eux seulement sur un carton ou un plastique.
barradochoca1Selon les calculs effectués par les techniciens de la SRTE, les travailleurs étaient payés 2,50 reais (1 euro environ) pour vingt kilos de café cueilli. Par semaine, ils ne pouvaient prétendre à plus de soixante-dix reais (vingt-cinq euros). Devant les faits établis en flagrant délit, le propriétaire s’est refusé à payer les salaires  et sommes dues selon le droit du travail brésilien.
Il est utile de rappeler que cette région de Barra do Choça est reconnue mondialement, et régulièrement primée, pour la qualité de ses grains de café, souvent de qualité biologique, qui, pour l’écrasante majorité, sont vendus à l’exportation pour les meilleures marques en Europe.
(photos SRTE Bahia)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *