Sculpteur et plasticien, José Resende

joseresendemariamartinsDe ce 12 août jusqu’au 11 septembre, le sculpeur, plasticien et architecte José Resende expose une quinzaine de ses oœuvres à Salvador dans la Paulo Darzé Galeria de Arte. Nous l’avons rencontré brièvement lors du vernissage, et avons évoqué quelques influences venues de France et d’ailleurs. José Resende travaille avec des matériaux aussi différents que le velours, l’acier, le fer, le verre, le cuir, la pierre, le coton… Une oeuvre tout en torsions, en courbes et en emboîtements…

Pourquoi avez-vous nommé l’une de vos premières oœuvres “Liaisons amoureuses” (1967) ?
Sans aucun doute par l’influence de mon professeur d’alors à São Paulo, au milieu des années soixante, Wesley Duke Lee – à Paris, il fut élève de l’Académie de la Grande Chaumière – qui nous a nourri de références au surréalisme. Il fut décisif pour moi. Et par sa vaste histoire de l’art, comment échapper à une référence à la France en ces années-là?
L’une de vos oeuvres, ici exposée dans la Galerie Paulo Darzé, s’intitule “Homenagem a Maria Martins” (ci-contre, en photo). Pourquoi ?
Maria Martins était brésilienne, née dans l’État du Minas Gerais. Elle a été une artiste extraordinaire et d’une grande audace. Elle était totalement déterminée dans ses ambitions. Le fait d’avoir été très proche de Marcel Duchamp ne pouvait qu’amener ma génération à étudier, très tôt, son œuvre. De plus, elle travaillait à une échelle peu habituelle à l’époque. Ma récente préface dans un livre* de grande valeur esthétique est mon hommage à cette très grande artiste, malheureusement extrêmement peu connue au Brésil.
Quelle est l’artiste français, sur les vingt dernières années, qui vous a marqué?
De manière évidente, Daniel Buren. Je suis totalement fasciné par son œuvre. C’est un génie !

* Maria. Editora Cosac & Naify.  330 pages. L’artiste donna à ses oeuvres des titres comme ” Je crus avoir longuement rêvé que j’étais libre” à la fin de années quarante. Elle exposa à la fameuse Galerie Drouin, en 1948.
– Les mêmes éditions Cosac & Naify ont publié, en 2003, un ouvrage sur l’oeuvre de José Resende, écrit par Patricia Correa.

– Un catalogue José Resende a été édité spécialement par Paulo Darzé Galeria de Arte. Avec une préface de Ronaldo Brito : “Exercicio de mundo”.
– Ci-dessous, une photo de Débora Paes, prise le jour du vernissage. En chemise bleu ciel, à gauche, José Resende, aux côtés du galeriste et collectionneur Paulo Darzé :

resende


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *