Cigare et Bahia: un couple qui dure (3)

donaeroElle a déjà compté cent quatre-vingt employés. Aujourd’hui, la fabrique située à Cruz das Almas en compte seulement dix-huit. Et Josefina vend, dans sa large gamme, tous obtenus avec la variété de tabac Arapiraca, le plus long cigare du Brésil: Le Gran Corona, avec ses 23,5 cm. Dona Êro, l’une des deux marques visibles sur les paquets, propose deux types de capa (enveloppe extérieure): claire, tabac de Sumatra, ou foncée, tabac Arapiraca.
Créée en janvier 2001, par une femme, Josefina Tabacos do Brasil a choisi de reprendre une partie des très expérimentés rouleurs de cigare de l’ancienne fabrique Suerdieck. Le nom Erô vient rendre hommage à la grand-mère de la fondatrice, qui au siècle dernier contestait la coutume qui ne permettait qu’aux hommes de fumer le cigare. En 2010, avec un patron, Weber Meyer, toujours en voyage entre Rio de Janeiro, Sao Paulo et Cruz das Almas, cinq modèles basiques sont fabriqués par les tabatiers: Churchill (16,5×2 cm), Torpedo (15,5×2 cm), Corona (13,5×1,7 cm), Corona Gorda (14×1,9 cm) e Robusto (12,5×2 cm), qui sont vendus en boîtes de vingt-cinq unités.
Mais l’emblême de la marque reste le cigarillo « Josefina », vendu trente pour cent moins cher que la concurrence, et qui est le cigarillo le plus vendu au Brésil.  Et l’entreprise de Cruz das Almas vient de lancer une nouveauté, la « Seria Havana » un cigare dont un pourcentage des feuilles vient d’une espèce de Cuba.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *