Avortement: lâcheté de Dilma, monstruosités de Serra

folhadesaopauloTout au long de huit années de gouvernement “luliste”, pas une seule fois les quelques rares projets de loi pour la dépénalisation de l’avortement et de sa légalisation, par une minorité du PT et de quelques députés de gauche, ne sont venus au vote de l’Assemblée législative de Brasilia. Barrés par les instances du PT et tous les innombrables lobbies. En ce surlendemain de premier tour d’élection présidentielle, le principal quotidien du pays titre: “Le PT évoque déjà le retrait de l’avortement du programme de gouvernement”. Selon les hommes de marketing du parti de centre-droit, une déperdition de centaines de milliers de votes, voire beaucoup plus, aurait pour source des campagnes hargneuses venues des “pro vida”, souvent évangélistes et liés indirectement à la candidature de Marina Silva, sur l’internet, dans les derniers jours précédant le premier tour.

Tout au long de sa vie, et de sa campagne électorale, Marina Silva n’a cessé de s’opposer à l’avortement. Quant à ses représentants officiels à Bahia, ils en sont de féroces opposants, également.

“Je
considère l’avortement comme une chose terrible”. Pour José Serra, ancien ministre de la santé et candidat du deuxième tour, la légalisation promouvrait un “carnage dans le pays”. Et ce 21 juin 2010, dans les locaux du quotidien Folha de S. Paulo, il rajoutait: “Cela rendrait difficile le travail de prévention, comme dans le cas des adolescentes enceintes, qui est un sujet très grave. Il va y avoir des femmes enceintes à tous les coins de rue car la femme va aller à l’hôpital gratuit et va avorter” (“Dificultaria o trabalho de prevenção, como no caso da gravidez na adolescência, que é um assunto muito grave. Vai (ter) gravidez para todo o lado porque (a mulher) vai para o SUS (Sistema Único de Saúde) e faz o aborto”). À Bahia, le président régional du parti de Serra (PSDB), le réélu député fédéral Jutahy Magalhães a toujours appuyé ce discours.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Davidikus dit :

    Fascinant & écoeurant à la fois.
    Pour commencer, je ne savais pas que l’avortement n’était pas encore légal au Brésil. Pourtant j’ai rencontré des Brésiliennes qui ont avorté & ne s’en cachaient pas… Elles ont dû aller à l’étranger où cela est légal ! Ou bien, il y a une certaine hypocrisie ? (hypocrisie qu’on trouve à bien des égards dans le traitement de l’homosexualité).
    Il est très étonnant (pour ne pas dire plus) d’entendre, de nos jours, des arguments qu’on croyait dépassés. Cela souligne bien la difficulté pour les sociétés de se transformer même quand un certain confort matériel se développe.
    La rhétorique de la population est importante au Brésil : c’est ce qui donne au pays sa place si particulière en Amérique du Sud (la moitié de la population du continent, ou presque, est brésilienne, c’est le cinquième pays du monde par la population)… Ceci à peut-être à voir avec cela.

  2. bahiaflaneur dit :

    Tout à fait d’accord, cher “maître” londonien !
    BF
    ici, un rapport officiel de l’année 2007, pour Salvador (en portugais) du Grupo Cumurim
    http://www.grupocurumim.org.br/site/imprensa/FactSheet_BA.pdf

  3. Bahiaflâneur dit :

    Escalade faciste pour le PT ?
    ‎Le secrétaire national à la communication du Parti dos Trabalhadores (PT), André Vargas, a publié le message suivant ce matin sur son Twitter:
    “Le Brésil réellement chrétien ne votera pas pour qui a autorisé la pilule du lendemain, qui en réalité stimule des millions d’avortements: José Serra”
    “O Brasil verdadeiramente cristão não votará em quem introduziu a pílula do dia seguinte, que na prática estimula milhões de abortos: Serra”,
    o secretário de Comunicação do PT, André Vargas.
    hoje
    no seu Twitter

  4. bahiaflaneur dit :

    Le gouverneur de Bahia, à peine réélu, n’était pas en reste, hier vendredi 8 octobre dans l’Hôtel Pestana du quartier Rio Vermelho en une conversation informelle avec des journalistes, avec les déclarations ignominieuses:
    “Je ne connais personne qui puisse défendre l’avortement. Je trouve l’avortement abominable, mauvais pour la femme, physiquement et psychologiquement. C’est une folie de voir quelqu’un le défendre. Ce que nous devons défendre est le suivi familial et l’accès de toute la population àl’éducation sexuelle”.
    “Eu não conheço ninguém que possa defender o aborto. Eu acho o aborto abominável, ruim para a mulher, fisicamente e psicologicamente. É uma loucura alguém defender. O devemos defender é o planejamento familiar e o acesso de toda a população à educação sexual”.

  5. bahiaflaneur dit :

    Affirmation de Dilma Roussef et zèle et du PT de Bahia
    Samedi 9 octobre, à Sao Paulo, Dilma Roussef a réaffirmé publiquement, citant la Bible, qu’elle est contre l’avortement, et si elle vient à être élue présidente de la République s’est engagée à n’envoyer le moindre projet à l’Assemblée nationale de Brasilia (Congresso) qui pourrait altérer la loi actuelle.
    Dans la journée de jeudi 7 octobre, le gouverneur Jaques Wagner, lor d’une réunion réservée avec les cadres du PT de Bahia a clamé “que les militants doivent en chaque municipalité, réunior les pasteurs, les prêtres, pour éclairer cette question” Avant de conclure: “Nous sommes pour la vie”.
    Dans le même lieu, la maire de la ville de Lauro de Freitas (au nord de Salvador), Moema Gramacho, coordinatrice pour tout le Nordeste du regroupement des maires pour l’élection de Dilma Roussef a bêlé: “Nous devons conquérir les pasteurs hommes et femmes”.

  6. van eecke dit :

    bonjour, j’ai une amie brésilienne à Salvador que j’aime beaucoup. Elle m’a raconté le cheminement de sa vie après une dénonciation d’avortement de sa part. Et là j’ai eu beaucoup de peine à constater qu’on pouvait traiter une personne de paria uniquement parce que les hommes politiques n’ont pas le courage de prendre leur responsabilité. Cette amie est entrain de sortir de ce cauchemar mais combien d’années de perdues. C’est vraiment triste.

  1. 6 octobre 2010

    […] Original post by bahiaflaneur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *