Travailler sans droits ou mourir, il faut choisir

travailIl travaillait comme poseur de conduites souterraines (encanador) pour la société Construtora Sertenge, sur un chantier dans le quartier d’Itinga, sur la municipalité de Lauro de Freitas. Il avait vingt-cinq ans, Ivan Rodrigues de Oliveira. Ce matin du jeudi 7 octobre 2010, il avait réclamé ses droits, en matière des lois du travail, à son contremaître – José Francinaldo Vidal Cordeiro. Le responsable l’avait licencié sur le champ, et selon des témoins, l’aurait alors menacé de mort.
Ivan s’est rendu dès l’après-midi, au centre-ville de la municipalité voisine de Simoes Filho, dans une clinique pour des examens obligatoires en cas de licenciement, en compagnie d’un autre collègue également licencié. Assis dans la salle d’attente, il n’en aura pas même eu le temps. Deux hommes sont entrés et l’ont abattu de six balles. Selon les premières investigations des policiers, l’un des assassins serait un ouvrier du même chantier, neveu du contremaître Cordeiro.
Deux autres ouvriers, sous anonymat, ont été déclaré à la police qu’ils avaient été, précédemment menacés par le même Cordeiro. D’autres évoquaient le départ du même contremaître de trois autres chantiers précédents pour des violences contre des ouvriers. Cordeiro aurait échappé de peu à une tentative de lynchage, vendredi 8 octobre, sur le chantier. Sauvé par des policiers militaires, il a été emmené au commissariat, puis relaché.
Ivan Rodrigues de Oliveira a été enterré vendredi 8 octobre à 16h00 au cimetière Quinta dos Lazaros.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *