Vous avez dit Culture, en temps d’élections ?

gilvicente2“Nous vivons dans une ville chaque jour un peu plus moche. En une ville où les options de vote sont ridicules, des hommes politiques désinformés, ignorants, avec des discours tout prêts sur la sécurité,la santé et l’éducation, mais sans propositions effectives et intelligentes; je ne parle même pas de la culture. J’ai interviewé trois candidats à la mairie, il y a deux ans, et cela a été lamentable. Ils ne savaient absolument rien sur la culture et l’art à Salvador, encore moins quoi faire avec l’incroyable potentiel que cette ville de Salvador possède au travers de ses musiciens, acteurs, artistes plastiques, cinéastes, etc.
Mais nous devons nous souvenir en permanence que les hommes politiques ne s’inspirent pas du bitume (s’ils le faisaient, ce serait à partir des égoûts). Ce sont des citoyens qui ont la même attitude que nous tous, soteropolitanos*, avons dans le trafic automobile. Et qu’ils reflètent, exactement, le manque de citoyenneté, de gentillesse, de souci de l’espace public, avec la bonne syntonie, avec le respect, le développement, la civilité.
Gil Vicente Tavares est metteur en scène de théâtre, auteur de pièces de théâtre, compositeur et parolier. Il a publié une chronique dans son blog le 29 septembre 2010, d’où nous avons extrait ces deux paragraphes.

“Vivemos numa cidade cada dia mais feia. Numa cidade onde as opções de voto são ridículas, políticos desinformados, ignorantes, com discursos prontos sobre segurança, saúde e educação, mas sem propostas efetivas e inteligentes; pra não falar da cultura. Entrevistei três prefeituráveis, há dois anos, e foi uma lástima. Eles não sabiam absolutamente nada sobre cultura e arte em Salvador, nem tampouco sabiam o que fazer com o potencial incrível que essa cidade tem através de seus músicos, atores, artistas plásticos, cineastas, etc.
Mas temos sempre que lembrar que políticos não brotam do chão (se brotassem, seria do esgoto). Eles são cidadãos que têm a mesma atitude que nós todos, soteropolitanos, temos no trânsito. E que refletem, exatamente, a falta de cidadania, de gentileza, de preocupação com o espaço público, com a boa convivência, com o respeito, o desenvolvimento, a civilidade.”

* Nom des habitants de Salvador.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *