Elder Oliveira, auteur

elderoliveiraElder Oliveira souhaitait écrire pour les enfants. À relire ses vingt-cinq poèmes, l’auteur s’aperçut « que le langage n’était pas accessible aux minots ». Tous ses vers « sur un passé « principalement tourné vers les années quatre-vingt », où la professeur est idéalisée comme premier amour, révèle pourtant au lecteur adulte l’enfant caché. « Pieds nus dans ses sandales »,  le poète, guitariste et influencé par le surréalisme de Garcia Llorca, nous maintient en un tendre éveil par delà les fêlures du temps passé.

Tambor e flor
à Consuelo de Paula
Seu canto
é a natureza agradada
um lento perfume
que ao vento assoalha
esta voz de seda alongada
onde o espirito de Deus
repousa suas asas.
Tambour et fleur
Son chant
est la nature remerciée
un lent parfum
qui projette au vent
cette voix de soie étirée
où l’esprit de Dieu
repose ses ailes

O curumim espião – Poemas. 70 pages. (Vitoria da Conquista). Préface du poète Miguel Antônio Carneiro. Dessins, au trait, de Rubens Ianelli. Curumim, qui vient de la langue tupi définit les enfants indiens : « Le minot espion ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *