Un nouveau documentaire narre prison et exil de quatre Tropicalistes

gilegegenetonLe 27 décembre 1968, la dictature opérait déjà ses rafles depuis deux semaines. Tous azimuts. Ses sbires vinrent ainsi chercher, en voiture, Gilberto Gil et Caetano Veloso, dans l’appartement de São Paulo où ils se trouvaient. Sans explication, ils les menèrent à la prison de Marechal Deodoro, à Rio de Janeiro. Ils leur rasèrent la tête et les incarcèrerent pour un mois, en cellule  collective. Caetano Veloso était séparé de Gilberto Gil, qui “partageait” sa taule avec les poètes Antônio Callado, Ferreira Gullar, et quelques autres.  Le documentaire revient, entre des dizaines d’autres  récits, sur ce moment où un sergent métis, courtois et compréhensif, Juarez, amena une guitare à Gilberto Gil. Ainsi, furent composées entre les barreaux quatre chansons: “Futurível”,  “Cérebro Eletrônico”,  “Vitrines” et une quatrième qui se perdit.  Etc. Puis suivirent, pour les compères, cinq mois de “prison domiciliaire” à Salvador, puis l’exil à Londres. Se joinrent de suite à eux, dans la capitale anglaise, deux autres compositeurs  brésiliens :  Jards Macalé et Jorge Mautner…
C’est à partir d’entretiens audio et vidéo qu’il fit à cette époque avec ces quatre mousquetaires de la Tropicália, auxquels s’ajoutent des interviews qu’il a effectué récemment, que le metteur en scène Geneton Moraes Neto a construit son documentaire incroyablement riche en informations.

La première diffusion est, en trois épisodes, au déroulement chronologique, de cinquante minutes chacun, ce mardi 8, mercredi 9 et jeudi 10 février, à 22h00, sur la chaîne cablée Canal Brasil. Il devrait être monté, ensuite, une version du documentaire pour les salles de cinéma.

———–

“Canções do Exílio – A Labareda que Lambeu Tudo”, (Chansons de l’exil – Les flammes de l’incendie ont tout léché) écrit et mis en scène par Geneton Moraes Neto. Produit par Jorge Mansur (Multipress Digital) pour Canal Brasil. Avec les témoignages, également, de Paulo César Peréio et Lorena da Silva.

(à droite sur les deux photos, dans les années 70, Geneton Moraes Neto avec Caetano Veloso et avec Gilberto Gil).

http://www.bahiaflaneur.net/blog2/2010/11/tropicalistes-graces-leur-soient-rendues.html

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *