Café: une année 2010 féconde (1)

agrocafe2« Sans les plaintes des années passées », c’est ainsi que l’organisateur du 12e symposium national des agroindustriels du café, João Lopes Araújo, s’est exprimé, à Salvador ce lundi 21 mars 2011, devant plus de cinq cents personnes, de manière écrasante de sexe masculin. La valorisation de la monnaie real, sur les huit dernières années, évaluée à +110%, n’est bien sûr pas étrangère à ce bon climat. La consommation de café, par le Brésilien, est également à un niveau record, jamais atteint depuis 1965. Mais les organisateurs souhaitent encore plus. Et demandent de rompre des barrières légales. Entre autres, un moratoire de cinq ans, durant lequel ne serait permis la moindre destruction (desmatamento), de végétation, proposé dans le projet de loi du nouveau Código Florestal, présenté par le député fédéral Aldo Rebelo, du Parti Communiste (PcdoB), et qui devrait entrer en vigueur dans quatre-vingt jours. Invité à Salvador, l’auteur fera un discours cet après-midi, dont la teneur n’est encore connue : http://www.aldorebelo.com.br/?pagina=noticias&cod=1388
Mais il est utile de rappeler que 90% des caféiculteurs de Bahia font partie des deux catégories petits agriculteurs et agriculture familiale. Et l’Etat de Bahia, avec ses 70% de territoire en région semi-aride, avec ses dénominations géographiques tels le cerrrado et la caatinga, ne permettrait que s’y applique ce desmatamento. Et ensuite la plantation de caféiers, entre autres cultures. C’est pourquoi le secteur de l’agriculture familiale, qui souhaite participer au boom du café, s’est associé à un texte présenté par le secrétaire d’Etat de Bahia à l’Agriculture, João Salles, pour demander la rupture de ce moratoire. Les organismes bancaires publics du Nordeste participent déjà grandement à l’appui des petits producteurs, même informels. Ces banques ont mis à la disposition des producteurs de Bahia, en 2010, 4,5 milliards de reais, dont 244 millions pour le secteur informel.
http://www.agrocafe.com.br/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *