Emmanuel Zamor, peintre “franco-bahianais”

zamorManuel Pierre Hubert Zamore* était né le… 19 mai 1840 à Salvador. Il était peintre. Mulâtre, il fut adopté par les Français Pierre Emmanuel Zamore, dessinateur, et Félicité Rose Neveu**, dans la paroisse de Nossa Senhora da Conceição da Praia, dans la Ville Basse, à Salvador. Aux alentours de 1845, on retrouve sa trace en  France, où il apprend la peinture et la musique. Il revient à Salvador de 1860 à 1862. Son domicile prend feu, et nombreuses de ses œuvres sont perdues. Il retourne en France courant 1862, après la mort de son père adoptif. Les années suivantes l’auraient vu fréquenter l’Académie Julian, et il aurait connu les peintres Cézanne, Renoir, Degas, Pissarro, Sisley et Monet, et aurait travaillé comme scénographe.  Il affirme son talent pour dessiner les paysages  et comme coloriste. Un de ses domiciles parisiens connu est au 94, rue Amelot, en 1873. Il épouse Olympe Léontine Lecornu, pianiste et compositrice, dont il a été le professeur de piano, le 13 Février 1873 à Paris 2e arrondissement. Peu après, ils habitent à Dourdan, rue Grouteau (aujourd’hui rue Raymond-Laubier). Le 6 février 1881, Olympe Léontine meurt après avoir mis au monde leur fils Antoni Manuel (né le 5 février). Antoni deviendra compositeur de musique.  Emmanuel Zamor retourne à Paris, au 42, rue Amelot. Le 11 Mars 1882, il épouse Eugénie Kollmann, modiste, à la mairie du 3e arrondissement de Paris. En 1890, ils sont domiciliés à Paris, au 15 rue Saint-Gilles. Plus tard, ils habitent une maison à Créteil, Quai du Halage, au bord de la Marne. Sa femme y meurt le 20 décembre 1916. Il décède à son tour, le 6 mars 1919 à Créteil, semble-t-il dans un grand dénuement.
Entre 1930 et 1940, un marchand de Christie’s Antiquities rassemble les trente-sept œuvres encore disponibles du peintre. Pourtant il faudra attendre… 1985 pour les voir exposées, amenées par le marchand français Jean-Claude Castoriano et présentées par le renommé architecte Pietro Maria Bardi, les critiques d’art Lisetta Levi et Ernestina Karman, au MASP, à São Paulo ! En 1987, à Versailles, en France, quelques unes de ses oeuvres ont intégré l’exposition “Tableaux Modernes des XIXe et XXe Siècles”, à la Galerie Des Chevau-Légers.

* La photo que nous publions ici aurait été prise par NADAR (Gaspard-Félix Tournachon). En ce mois de juillet 2012, nous n’avons pas réussi à obtenir d’autre précision.
** Il semblerait que ce couple, selon le peu d’informations dont nous disposons, était d’origine matiniquaise (île de la Martinique, dans les Caraïbes).

Quelques noms de toiles : Crianças negras – Paisagem (1874) – Vista de Dourdan (1879) – Dourdan (1879) – Campo de Feno (1879). Nous avons modifié notre texte intitial après le courrier de l’un de ses descendants, publié en commentaire ci-dessous.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Acad%C3%A9mie_Julian

zamor1

Paysage a la ferme, 1867



Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jean-Marie Fleau dit :

    Emmanuel Zamor était l’époux de la soeur d’une de mes aïeules.
    La biographie que vous reproduisez comporte quelques inexactitudes.
    Voici le éléments que j’ai pu réunir:
    Emmanuel Zamor ( Manuel Pierre Hubert Zamore ) nait le 19 Mai
    1840 à Salvador de Bahia au Brésil.
    Le petit mulâtre est adopté par les français Pierre Emmanuel
    Zamore (dessinateur) et Félicité Rose Neveu. , dans la paroisse
    Nossa Senhora da Conçeicào da Praia.
    Après 1845, il est en France où il apprend la musique et la
    peinture.
    En 1860‐1862, il est à Salvador de Bahia. Au cours de son séjour,
    un incendie détruit son habitation et ses tableaux.
    Après le décès de son père adoptif, il retourne en France.
    Il aurait fréquenté l’Académie Julian et aurait connu les peintres
    Cézanne, Renoir, Degas, Pissarro, Sisley et Monet.
    En 1873, il habite 94, rue Amelot à Paris.
    Il épouse Olympe Léontine Lecornu (pianiste et compositrice) dont il a été le professeur de
    piano (mariage le 13Février 1873 à Paris 2ème arrondissement)
    Peu après, ils habitent à Dourdan , rue Grouteau (aujourd’hui rue
    Raymond Laubier).
    En 1881 (6 février), Olympe Léontine meurt après avoir mis au
    monde leur fils Antoni Manuel (né le 5 février)(futur compositeur de musique).
    Emmanuel Zamor retourne à Paris ( 42, rue Amelot ).
    Le 11 Mars 1882, il épouse Eugénie Kollmann (modiste) à la
    mairie du 3ème arrondissement de Paris.
    En 1890, ils sont domiciliés à Paris, 15 rue Saint Gilles.
    Plus tard, ils habitent une maison à Créteil, Quai du Halage, au
    bord de la Marne . Sa femme y meurt le 20 décembre 1916.
    Il décède à son tour, le 6 Mars 1919 à Créteil.
    Jean-Marie Fleau

  2. Jean-Marie Fleau dit :

    Rectificatif: le père d’Emmanuel Zamor (Pierre Emmanuel Zamor) n’était pas dessinateur mais cuisinier. Il est “né sur la côte d’Afrique, près le Congo”.
    Il n’est décédé qu’en 1868, à Pierrefitte sur Seine.
    Sa mère, Félicité Rose Neveu était originaire de la Sarthe. Elle était couturière.

    Jean-Marie Fleau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *