Archive | octobre 2011

Tags: , , , , , , , , , ,

Vaincre les préjugés qui tuent, le combat nécessaire

Publié le 31 octobre 2011 par bahiaflaneur

jaquina2“Nous voulons marcher ensemble, côte à côte, noirs, personnes âgées, homosexuels, handicapés, tous nous sommes citoyens”. C’est par la répétition de ces mots, scandés après une lecture de quelques de ses propres poésies, que l’organisatrice du premier séminaire sur le Combat aux Préjugés par le Droit - O direito como instrumento de combate aos preconceitos - , Joaquina Lacerda, avait choisi de commencer pour mettre l’accent souhaité à la soirée du 24 octobre 2011. Celle qui fut, avant mille aventures, mise à la rue par son père à l’âge de huit ans et élevée par sa mère est en effet aujourd’hui l’une des intellectuelles et professeurs de l’université fédérale les plus réputées de Bahia et tenait à organiser ce premier séminaire du genre. Devant un auditoire  d’abord regroupé dans l’auditorium de la Faculté de médecine, en cette nuit de printemps bahianais, elle pointa avec raison “l’absence totale d’une discussion systématique sur ce thème”, rappellant qu’”elle avait été programmée pour ne pas discriminer et ne pas opprimer” et “qu’au-delà de lutte contre les racismes et l’homophobie” il était central d’affirmer que “tout ce que nous faisons a un sens politique”.
Pour bien centrer le débat, elle avait invité pour la conférence d’ouverture, l’ex-gouverneur de Bahia, l’octogénaire et vaillant Waldir Pires.  Une heure durant, d’un discours ferme, spécialement préparé et écrit pour l’occasion, il insista “sur l’obligation qu’a l’Etat de combattre les préjugés”, rappelant que pendant une éternité ” les noirs et les femmes, par purs préjugés, ont été traités comme des choses”. À cette occasion, il rappela sa première sortie internationale en 1960, hors du Brésil, alors comme député fédéral, dans les Etats du Sud de l’Amérique (Alabama, Arkansas, caroline du Sud), “absolument effaré devant le degré d’apartheid présent alors dans la vie quotidienne. Partout, aussi bien dans les toilettes de l’aéroport que dans les transports en tous genres”. Et celui qui fut aussi ministre de la Défense de Luiz Inácio Lula da Silva, bien plus tard, de se “remémorer avec horreur la vue des premières haies de policiers, qui faisaient respecter telle ou telle loi locale dans les collèges, pour empêcher mères et enfants noirs d’être lynchés par les familles blanches”. Devant “un tel cadre de sauvagerie qu’il n’oubliera jamais”, Waldir Pires a rappelé combien le “préjugé prend son origine dans le cadre familial, de l’éducation familiale”. Et pour combattre cela, il ne voit que la “mobilisation des valeurs des actions de l’Etat démocratique de droit”,  le droit “avec un grand D”. Il sait en effet de quoi il parle, lui qui participa de la préparation de la rédaction de la Constitution du Brésil de 1988… Mais celui qui fut aussi professeur de droit constitutionnel à Dijon, en France, cita en référence “les avancées historiques comme le Code Civil français qui révolutionna les relations de classes économiques”. Pour Joaquina Lacerda, il semblait ensuite évident que  ”les préjugés, les idées reçues sont présentes autour de chacun de nous, sur nos lieux de travail, dans les écoles et les universités, causant tristesse, dépression, perte d’auto-estime, douleur, conflits internes, homicides et même des guerres. Et à cause de cela, les personnes sont timides, se taisent et ne luttent pas pour leurs droits”.
Le séminaire s’est déroulé les deux jours suivants dans l’auditorium du Rectorat de l’Université Fédérale de Bahia, les 25 et 26 octobre. Plusieurs conférenciers ont évoqué le droit et les avancées notoires contre les racismes et préjugés en tous genres, à travers des exemples comme le parcours et les combats de la première avocate travesti du Brésil, Janaina Dutra, retracés par un film du pernambucano Vagner de Almeida.
Seul bémol de ce séminaire, la fréquentation. Une cinquantaine de personnes, seulement, ont assisté aux conférences, et ce malgré l’impression et la diffusion à travers la ville de trente mille imprimés de six pages, les semaines précédentes. Ont patronné cet évènement Expogeo, l’Instituto Federal de Educação, Ciência e Tecnologia da Bahia (Ifba), l’Universidade Estadual da Bahia (Uneb), l’Universidade Estadual de Feira de Santana (Uefs), l’Universidade Estadual do Sudoeste Baiano (Uesb), l’Escola de Medicina, la Faculdade de Farmácia, l’Escola de Administração, l’Escola de Belas Artes, l’Escola Politécnica, l’Escola de Teatro, l’Escola de Nutrição, l’Instituto de Biologia, l’Instituto de Geociências, l’Instituto de Ciências da Saúde, le Centro de Processamento de Dados e Centro de Estudos e Terapia do Abuso de Drogas (Ufba). Sans oublier l’aide de deux secrétariats d’Etat : le Secretaria da Promoção de Igualdade Racial (Sepromi) et le Secretaria da Justiça, Cidadania e Direitos Humanos da Bahia (SJCDH). Le séminaire a été organisé Espaço Cultural Expogeo, ONG et association culturelle spécialisée dans la défense des droits de l’homme et de l’environnement,  créée en 1989 por des professeurs, des étudiants, des fonctionnaires et des anciens élèves de l’UFBA.
Joaquina Lacerda Leite a lancé, à cette occasion, son nouveau livre A Conjugalidade Homossexual no Brasil: visões múltiplas, résultat d’une recherche développée avec l’appui de l’association Espaço Cultural Expogeo, liée à l’organisation non gouvernementale EXPOGEO, qu’elle dirige.

http://www.direitoxpreconceito.ufba.br/

Commentaires (2)

Tags: ,

Un tramway nommé Salvador

Publié le 27 octobre 2011 par bahiaflaneur

castroalves

Années cinquante, passant par la Praça Castro Alves, le bonde de la ligne numéro 8…

(photos de William Janssen)

pracacastroalves2

Commentaire (0)

Tags: , ,

Comme Georges ne chantera plus…

Publié le 25 octobre 2011 par bahiaflaneur

georges2Des organes de presse d’outre-Atlantique nous apprennent que l’organe vocal de l’ami de Jorge et de Zélia se taira désormais… Une ou deux photos nous remémorent ici ce que fut l’Amitié baiana-francesa, portée à l’un de ses plus hauts points…
En vignette et ci-contre, à Salvador. Ci-dessous, à Paris avec Astor, aussi.
(photos droits réservés, et recadrées)

georges1

Commentaire (0)

“Todos contra a corrupção”: Bahia largement à la traîne

Publié le 13 octobre 2011 par bahiaflaneur

20111012AN

Le long du bord de mer. Entre le Morro do Cristo, à Barra et le quartier d’Ondina, seules cinq cents soteropolitanas et soteropolitanos se sont déplacés, hier mercredi 12 octobre. Une large majorité de jeunes, une bonne partie vêtus de noir, rassemblés pour l’essentiel via les réseaux virtuels - sous la bannière Todos Contra a Corrupção - tels Facebook.
Cette mobilisation d’un jour, nationale, après le renvoi en 2011 de plus de cinq ministres par la présidente de la République et des centaines de scandales, révélés par la presse, à travers le pays, s’est déroulée dans dix-sept États. À Brasilia, ils étaient plus de dix mille à battre le pavé…
Salvador, encore une fois, ne donne l’exemple.

(photo droits réservés)

Commentaire (0)

Advertise Here
Advertise Here

Soyez guidé à Bahia avec mon agence

Flâner, c'est vivre !

Au fil des jours

octobre 2011
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

(dés)information...

AU MARCHÉ

Bahia NOIRE

Bibliothèques

homophobie

Il est mélomane

Ils ont chanté

ILS ONT JOUÉ

ong ?

VIVRE AUX CHAMPS