Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

“Un Adieu à l’Alapíní”, par Emanoel Araújo

Publié le 12 octobre 2013 par admin

Mestre Didi décédé, le dimanche 6 octobre 2013, et enterré le même jour à Salvador, c’est tout un pan de la religiosité, du monde afro-brésilien, des mythes, de l’art et du spirituel qui disparaît. L’un de ses plus proches, le bahianais Emanoel Araújo - sans le moindre doute la plus haute et prestigieuse figure intellectuelle du monde de l’art africain au Brésil, qui vit à São Paulo depuis des dizaines d’années - lui a rendu hommage dans ce texte publié le 8 octobre dans la presse quotidienne brésilienne. Nous l’avons traduit. Nous n’avons trouvé les noms des auteurs des photos.

Un Adieu à l’Alapíní, par Emanoel Araujo

Il y a
peu de jours j’ai visité mon cher ami et frère Deoscóredes Maximiliano dos Santos, qui était couché, à moitié endormi. J’ai embrassé sa délicate et longue main. Il m’a sussuré quelques mots, surpris par mon apparition non annoncée. Durant quelques moments j’étais avec Juana dos Santos, son inséparable compagne de tant et tant d’années, sa fidèle et amoureuse épouse comme le furent celles du roi Xangô. Elle organisait, comme fruit de cet amour, le grand hommage qui lui serait rendu le 2 décembre pour ses 96 ans, le
siré des 96 ans de Mestre Didi, et me montrait la liste qui seraient invités à la fête. Je lui ai dit qu’en novembre prochain, le Museu Afro Brasil(1), à São Paulo, lui rendrait un hommage pour célébrer les 25 ans de la parution du livre “A mão afro-brasileira” (”La main afro-brésilienne”). Quelle ne fut pas ma surprise à l’annonce de sa mort.

Mestre Didi fut toujours un homme tourné vers la culture et la vie afro-brésilienne, depuis les nombreux livres qu’il publia sur le culte des ancêtres, dans lequel il avait l’honorable titre de
Alapíní. Il fut un artiste sculpteur aux belles œuvres, dont la thématique évoquait cet extraordinaire univers des choses de l’Afrique mythique, où les dieux sont sur la terre, et pour cela ses sculptures étaient totémiques, sortaient du sol pour atteindre l’infini. Il savait défier l’espace comme la ligne qui se dépliait en volutes chapeautées par des oiseaux, en une allusion à Oxalá, où se dépliait en des formes triangulaires comme les
oxés de Xangô ou bien les palmes doublées de fortes douleurs de tissus protégeant la nature. Les fils des palmes se transformaient en xaxarás, ibiris, paxorôs avec des petites poupées  coloriées, ornées avec des bandes de cuir de nombreuses couleurs.


Didi, Verger et V.C.Lima - photo non datée

Mestre Didi, Pierre Verger et V. da Costa Lima (photo non datée)

Tel était l’artiste dans son petit atelier, donnat forme et vie à la mythologie, aux légendes des orixás. aux complexités de cette culture millénaire: de la souffrance, de l’âme, de l’esprit, de la douleur et des racines enclavées dans la mémoire du temps et de l’espace, devant l’incompréhension des ignorants. Il fut un sage et un homme tourné vers le sacré, peut-être enseigné par sa marraine Dona Aninha, par sa mère Dona Senhora, peut-être même dans l’atmosphère verte et sauvage du  Ilê Axé Opô Afonjá*, avec toutes les ebames dans un chœur à l’unisson pour Xangô, le justicier. Mais il y eut un autre Mestre Didi, ami de Lídio, de Camafeu, de Waldeloir Rego, de Carybé, de Jorge Amado, de Vivaldo Costa Lima, de Tibúrcio Barreiros, de Dorival Caymmi, et de nombreux amis de par le monde, de par l’Afrique.

Deoscóredes Maximiliano dos Santos, sacerdote du culte des Egunguns, Alapini do Ilê Asipa**,
mestre sacré du culte des ‘ancêtres’, artiste sculpteur dont l’œuvre enchanta Brésiliens et étrangers dans l’exposition ”Magiciens de la Terre”, à Paris, dans la salle spéciale lors de la Bienal internacional de São Paulo, dans la grande exposition au Museu Afro Brasil, et au Museu Nacional da Cultura Afro-Brasileira, à Salvador. Commandeur de l’Ordre du Mérite de la culture nationale, nombreuses furent les étapes de son œuvre artistique et sacerdotal. Il flottait en ce monde de Olodumare et, comme le dieu Oxalá, transforma la terre argileuse et la paille avec des poupées coloriées en des êtres vivants qui parlent de l’éternelle et millénaire culture d’un peuple, et également de la culture vivante, qui pulse dans l’esprit du nouveau monde. Adieu, Alapíní, va à la rencontre de tes autres femmes, qui l’ont aimé comme un fils prodige: Dona Aninha et ta mère, Dona Senhora, véritables reines de l’Ilê Axé Opô Afonjá. Kaô Kabecilê.

(1) Musée, vaste et grandiose, que E. Araújo a fondé et dirige toujours, en 2013. Il est situé dans le Parque Ibirapuera, lieu magique. On ne peut aucunement prétendre connaître le Brésil sans l’avoir longuement arpenté. * Emblématique terreiro de candomblé, à Salvador. ** Terreiro de candomblé où il “régnait”.


•••••••••••••••••••••••••••••••••

Um Adeus ao Alapini, por Emanoel Araújo

contesnoirsdidiHá poucos dias visitei o meu querido amigo e irmão Deoscóredes Maximiliano dos Santos, que estava deitado, meio adormecido. Beijei sua mão longa e delicada. Ele me sussurrou algumas palavras pela surpresa da minha aparição sem anunciar. Por momentos estive com Juana dos Santos, sua inseparável companheira de tantos e tantos anos, sua fiel e apaixonada mulher como foram as do rei Xangô. Ela organizava, como fruto desse amor, a grande homenagem que lhe seria prestada no dia 2 de dezembro nos seus 96 anos, o siré dos 96 anos do Mestre Didi, e me mostrava a lista dos amigos que seriam convidados para a festa. Disse-lhe também que, em novembro, o Museu Afro Brasil, em São Paulo, lhe prestaria uma homenagem para celebrar os 25 anos do livro “A mão afro-brasileira”. Qual a minha surpresa com a sua morte.

Mestre Didi sempre foi um homem voltado para a cultura e a vida afro-brasileira, desde os muitos livros que publicou sobre o culto dos ancestrais, no qual tinha o honroso cargo de Alapini. Foi um artista escultor de lindas obras, cuja temática falava desse extraordinário universo das coisas da África mítica, onde os deuses estão na terra, e por isso suas esculturas eram totêmicas, saíam do chão para alcançar o infinito. Ele sabia desafiar o espaço com a linha que se desdobrava em volutas encimadas por pássaros, numa alusão a Oxalá, ou se desdobrava em formas triangulares como os oxês de Xangô ou as palmas forradas de dores fortes de tecidos protegendo a natureza. Os fios de palmas se transformavam em xaxarás, ibiris, paxorôs com miçangas coloridas, adornadas com fatias de couro de muitas cores.

Esse era o artista no seu pequeno atelier, dando forma e vida à mitologia, às lendas dos orixás, às complexidades dessa cultura milenar: do sofrimento, da alma, do espírito, da dor e das raízes encravadas na memória do tempo e do espaço, diante da incompreensão dos ignorantes. Ele foi um sábio e um homem voltado para o sagrado, talvez ensinado pela sua madrinha Dona Aninha, por sua mãe Dona Senhora, talvez até na atmosfera verde e selvagem do Ilê Axé Opô Afonjá, com todas aquelas ebames num coro uníssono para Xangô, o justiceiro. Mas houve um outro Mestre Didi, amigo de Lídio, de Camafeu, de Waldeloir Rego, de Carybé, de Jorge Amado, de Vivaldo Costa Lima, de Tibúrcio Barreiros, de Dorival Caymmi, e de muitos amigos pelo Brasil afora, pelo mundo afora, pela África afora.

Deoscóredes Maximiliano dos Santos, sacerdote do culto dos Egunguns, Alapini do Ilê Asipa, mestre sagrado do culto dos ancestrais, artista escultor cuja obra encantou brasileiros e estrangeiros no “Magiciens de la Terre”, em Paris, na sala especial da Bienal internacional de São Paulo, na grande exposição no Museu Afro Brasil, no Museu Nacional da Cultura Afro-Brasileira em Salvador. Comendador da ordem do mérito da cultura nacional, foram muitos os degraus de sua obra artística e sacerdotal. Pairou por esse mundo de Olodumare e, como o deus Oxalá, transformou o barro e a palha com miçangas coloridas em seres vivos que falam da eterna e milenar cultura de um povo, e também a cultura viva, que pulsa no espírito do novo mundo. Adeus, Alapini, vá ao encontro de suas outras mulheres, que lhe amaram como um filho pródigo: Dona Aninha e sua mãe, Dona Senhora, verdadeiras rainhas do Ilê Axé Opô Afonjá. Kaô Kabecilê.

Commentaire (0)

Tags: , ,

Le guérisseur

Publié le 20 juin 2013 par admin

montegordoraizeiroÀ parcourir, ce troisième dimanche matin de juin, le marché couvert du village, boueux et presque désert, de Monte Gordo, à quelques quinze minutes de voiture de la plage de Praia do Forte, je n’ai vu que lui.
Tout de marron vêtu, avec son petit chapeau de cuir aux oreilettes recroquevillées vers l’intérieur - typique des paysans du sertão du Brésil -, il vient ici, chaque dimanche, vendre des écorces. Oui, des écorces. Depuis trente ans. Pour améliorer nos artères, notre intestin, ou bien encore éliminer notre mauvais cholestérol… Un médecin de campagne, en quelque sorte…
Spécialiste d’écorces, de racines et de plantes médicinales, on l’appelle “Raizeiro” en brésilien.

Commentaire (0)

Tags: , , ,

L’acteur

Publié le 19 juin 2013 par admin

godiCe qu’il est, Godi ? Tout. Acteur, essayiste, anthropologue, directeur de troupe de théâtre, professeur universitaire, “fou” de reggae, militant de la cause noire, fils de syndicaliste… Très bel homme, aussi, disent les Bahianaises…
À l’occasion du lancement de son dernier long métrage - Jardim das Folhas Sagradas -, fin 2011, Godi nous avait très longuement reçu dans sa demeure, au nord de Salvador… Entre deux assiettes de feijoada et un verre de bière (”Ah, vous les Français, vous buvez peu !”), nous avions cliqué…

Commentaire (0)

Tags: , , , , , ,

Le cinéaste

Publié le 18 juin 2013 par admin

andreluizoliveira13062013bIl vit depuis 1991 à Brasilia. Son premier long métrage, en 1969 - Meteorango Kid. O heroí intergalático - reçut les louanges de la critique et reste juqu’à aujourd’hui une marque du cinéma d’avant-garde au Brésil. Plus tard, il fera un autre film, dont le directeur de la photo sera un certain… Mario Cravo Neto.
Il était de passage à Salvador à l’occasion de l’anniversaire de naissance du poète Fernando Pessoa, dont il a mis en musique les 44 poèmes de “Mensagem”  - qu’il présente scéniquement depuis une vingtaine d’années… Et venait également montrer son dernier film, “A Mensagem de Fernando Pessoa - Mito e Música”*.
À peine la guitare lâchée, il a accepté de poser pour ce double portrait.

* (Portugal/Brasil - 2012/2013 - 60 minutes)

La filmographie de A. L. Oliveira :
http://www.revistazingu.blogspot.com.br/2009/07/dalo-filmografia.html

Une interview en portugais (revue Zingu), hébergée récemment dans le blog d’un autre cinéaste de Bahia, Jorge Alfredo:
http://cadernodecinema.com.br/blog/andre-luiz-oliveira/

Commentaire (1)

Advertise Here
Advertise Here

Soyez guidé à Bahia avec mon agence

Flâner, c'est vivre !

Au fil des jours

avril 2017
L Ma Me J V S D
« jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

(dés)information...

AU MARCHÉ

Bahia NOIRE

Bibliothèques

homophobie

Il est mélomane

Ils ont chanté

ILS ONT JOUÉ

ong ?

VIVRE AUX CHAMPS