Étiqueté : carnaval de Bahia

« Flux du désir, au long du carnaval », par Francisco Antônio Zorzo 0

« Flux du désir, au long du carnaval », par Francisco Antônio Zorzo

Le carnaval est terminé depuis bientôt deux mois. Depuis le 13 février exactement. Et la félicité ? Où s’est-elle logée, pendant cette fête, pendant cette Folia ? C’est ce qu’essaye de décrire le professeur de...

Derniers feux carnavalesques 2012 (1/2) 0

Derniers feux carnavalesques 2012 (1/2)

12h30, mardi 21 février 2012, largo do Campo Grande. Circuito Osmar Macedo. Préparatifs pour la dernière journée. Notre appareil photographique était dans les parages. La corde, un des moyens de la ségrégation..

« Tudo é carnaval » 0

« Tudo é carnaval »

Direito de Sambar Composition et interprète: Batatinha É proibído sonhar Então me deixe o direito de sambar É proibído sonhar Então me deixe o direito de sambar O destino não quer mais nada comigo É...

« Le Cul, cet incompris et cet humilié ! », par Manuel Querino Junior 0

« Le Cul, cet incompris et cet humilié ! », par Manuel Querino Junior

Nous n’avons pas couvert le récent Carnaval de Salvador, au début du mois de mars 2011, par choix. Ce texte nous est parvenu lundi par courrier électronique. Il vient résumer finement, à nos yeux, l’opus...

Carnaval, ou le Temps d’un retour 1

Carnaval, ou le Temps d’un retour

André Setaro aime par dessus tout le cinéma, mais aussi le carnaval, les femmes, l’amitié, les artistes, les plaisirs gustatifs, et va bientôt fêter soixante ans de présence à Salvador. Son avis sur le carnaval...

Carnaval: l’université publique, cancre 0

Carnaval: l’université publique, cancre

14 février 2009. La prolifération des camarotes (loges) privés et payants est un des faits concomitants au carnaval, chaque année, dorénavant. L »université fédérale de Bahia (UFBA) suit, délibérément, cette voie, contre toute attente. Sur le...

Cordeiros : humiliés puis payés 0

Cordeiros : humiliés puis payés

4 mars 2009. Traz a massa, Alô Inter, Furacão, Internacionais* : voici les quatre blocs qui faisaient attendre, depuis deux jours et deux nuits, leurs salaires aux centaines de cordeiros employés pendant le carnaval. Hier...