Archive de Tag | "Carnaval de Salvador de Bahia"

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le Carnaval 1977, filmé par Miguel Rio Branco

Publié le 08 août 2014 par admin

“Trio Elétrico” fut tourné en 16 mm, dans les rues de Salvador, par Miguel Rio Branco, en 1977. C’est aussi l’année où le chanteur Caetano Veloso lance son disque “Muitos Carnavais” où se trouvent “Atrás do Trio Elétrico”, “Um Frevo Novo”, “Chuva, Suor e Cerveja”… L’année suivante, mourra l’un des deux créateurs du trio électrico, Dodö.
Cöté générique, nous noterons que le producteur est Thomas Farkas tandis que l’assistant caméra et mise en scène est l’un des autres bons photographes brésiliens, Vicente Sampaio, souvent cité dans ce blog.

Commentaire (0)

Tags: , , , , , , , ,

“Flux du désir, au long du carnaval”, par Francisco Antônio Zorzo

Publié le 08 avril 2013 par bahiaflaneur

Le carnaval est terminé depuis bientôt deux mois. Depuis le 13 février exactement. Et la félicité ? Où s’est-elle logée, pendant cette fête, pendant cette Folia ? C’est ce qu’essaye de décrire le professeur de l’université fédérale de Bahia Francisco Antônio Zorzo, dans cette chronique. Et il s’évertue, surtout, à ne pas mépriser et discréditer ce que le spectateur ou folião observe, objectivement et communément: l’hystérie. Et l’essayiste sait pointer aussi la parodie, passerelle obligée pour tout participant digne de ce nom. Nous l’avons donc traduit en français, ajoutant également deux intertitres. (photo en vignette de Eduardo Martins).

Flux du désir, au long du carnaval

On a l’habitude de dire que le carnaval baiano se renouvèle chaque année. Mais, si cela a lieu, ce n’est pas grâce à l’industrie culturelle, ni aux distributeurs de boissons et autres produits qui fournissent la bombance. C’est l’investissement du désir collectif qui maintient la vitalité d’une fête des foules comme le carnaval de Salvador.
L’investissement du désir de la foule, d’ailleurs, introduit dans la fête, chaque année, une nouvelle disposition culturelle. L’objet du carnaval n’est pas le trio, ni le camarote, ni les séductrices marques qui prolifèrent sur les parcours. Encore moins la consommation des
foliões, comme quelques uns le croient, mais quelque chose qui se dénoue de tous ces objets. Ce n’est pas dans la forme des uniformes et dans les zones VIP que l’on doit chercher la différence du carnaval, mais dans le mode comment le désir est affiché au long de son trajet, le flux qui se transmute selon le nombre des objets de désir des foliões.
Les causes et les effets du carnaval, qui entrent en ébullition avec l’opportunité de la rencontre, viennent de temps anciens où ils ont gagné un axe d’investissement collectif. Le flux carnavalesque déborde tous les rites de la société. Beaucoup a déjà été dit à propos de la libération sexuelle durant le carnaval, mais, faisant attention avec le faux moralisme, on pourrait plaider le contraire. Le carnaval fortifie le désir et l’interdit, autrement dit opère la limite du lien social avec les fantaisies les plus crues. Il n’est pas nécessaire d’être anthropologue ou psychanalyste pour percevoir que les règles ont un comportement clairement accélérateur du flux, il suffit de voir les grosses cordes tendues, d’isolement, autour des grands blocos.
Le carnaval libère des fantasmes civilisateurs. Les fantasmes individuels et collectifs d’inceste, de séduction et de castration peuvent affleurer, être visualisés et conjurés avec la fête de Momo. Dans la transe collective, les fantasmes les plus tortus sont de simples transgressions à la prohibition, relatives à des figures morales qui, comme nous le savons, n’ont rien à voir le sexe sur le parcours du carnaval.


Baiser conventionnel
I
nconsciemment, les formes de participation intègrent diverses modalités de désirs intensifs. Par exemple, pères et enfants vont à la matinée avec des motifs distincts. Comptant avec le désordre des jets de mousse et des boules de savon, sous le regard des parents est permis une valvule d’échappement qui rend propice de bonnes moqueries infantiles. La rue devient un terrain de jeu et, pour cela aussi, il y a de nombreux regards de garçons et filles de tous âges, comme abandonnés, à la recherche de partenaires de jeux ou substituts de leurs parents et frères d’autres occasions festives.

Les actes de domination clairement sexuelle, qui concourrent au harcèlement en public, sont en bien moins grand nombre quand ils sont comparés aux multiples simulations et tentatives frustrées de s’exiber et d’attirer l’attention de l’autre. Qui vient sur le parcours perçoit tout de suite le sens du jeu dans le spectacle actuel, dans lequel le baiser fonctionne souvent comme un applaudissement attendu, aussi conventionnel qu’une poignée de mains ou un clic sur la souris.

Dans le champ érotique, la fantaisie de machiste tombeur et de femme libertine sont très communs, mais, dans le gros de la chorégraphie actuelle, atteignent seulement la conotation de norme de comportement. Don Juan virtuel et la prostituée digitale possédés par le démon sont des personnages atones de la scène, qui partagent avec Hulk, Batman et la Femme Merveilleuse les regards de la petite bande du désir enchaîné.
Établissant un jeu dans ce jeu d’investissements collectifs, on compte avec des flux particuliers, qui peut-être peuvent être redoublés de frisson et même de rivalité. Mais la condition de la capsule est excitée d’un mode quasiment compulsif. Par le visuel, l’œil s’étend via des téléphones portables, qui sont une forme de retenir des fragments de l’expérience, pour lui donner un éventuel sens postérieur. Mais si le carnaval est faire la parodie, comment obtenir un sens en dehors de la performance ?

Masque du jouisseur
Malgré les amarres, il y a le grand flux qui intègre le désir de tous qui passent par la fête. Mais, où va la libido ? Le moyen conducteur basique est hystérique, car il vise à dramatiser les composants des interdits sociaux. Curieusement, dans le bloco des lesbiennes, des muquiranas et des nombreux groupes de travestis, les draguées deviennent stupidement drôles. Le déguisement du vieil exhibitionniste qui porte une prothèse sexuelle n’effraie plus les filles qui assistent au défilé depuis leur camarote. Ce que le carnaval fait est d’ôter l’illusion du souffrir, transformant, par la parodie, la misère banale en félicité actuelle.

Aujourd’hui, pour profiter du détournement et assumer l’absence de contrôle et l’ambiguité, le folião devient hystérique. Transgressant la façade sociale, il met le masque du jouisseur, possédé par le sexe, passant perdu et ivre. Être perfide et infidèle sont des adjectifs alternatifs du comportement carnavalesque actuel. Devant les tendances de standardisation du carnaval, il reste au participant situé à l’extérieur des cordes la perfidie face au sytème culturel dominant.
Pendant le carnaval, ce qui attise les désirs est l’élément générateur d’une réserve singulière de fantaisies. Le désir collectif aide à ventiler les traumatismes affectifs, et fait des fantasmes des choses maniables jusqu’à un certain point, même sans parvenir à les chasser des esprits fatigués. Ceci délivre pas mal la génération de l’angoisse qui distille l’agonie dans notre société. Dans le camp subjectif, fort heureusement, avec cette brève transformation, nous pouvons mieux affronter les aigreurs du monde réel le mercredi des cendres, dernier jour du carnaval.

Le folião détient un savoir qui le fait se déplacer. C’est un savoir débile, qui ne suit pas les normes de manière instituée et qui peut rester sur le plan de l’imaginaire, mais qui est repris et réinvesti dans le rite annuel. Ce qui peut déclencher la libération, c’est le sujet en avoir envie, exposer le désir et savoir se divertir à danser au milieu de la foule. Ce qui revient à dire que le folião souhaite faire sa performance sans que personne ne l’interrompe pendant qu’il délire. Bien au-delà des propagandes et annonces de leds lumineux, seul l’intéresse de crier plus fort, vive le Carnaval !

O fluxo do desejo no carnaval

Costuma-se dizer que o carnaval baiano se renova a cada ano. Mas, se isso ocorre, não é graças à indústria cultural, nem às distribuidoras de bebidas e de outros produtos que abastecem a farra. É o investimento do desejo coletivo que mantém a vitalidade de uma festa multitudinária como o carnaval de Salvador.
O investimento do desejo da multidão, ademais, introduz na festa, a cada ano, uma nova disposição cultural. O objeto do carnaval não é o trio, nem o camarote, nem as sedutoras marcas de grife que proliferam na avenida. Nem sequer é o consumo dos foliões, como alguns acreditam, mas algo que se desprende de todos esses objetos. Não é na forma dos abadás e nas áreas VIP, que se deve procurar a diferença do carnaval, mas no modo como o desejo é colocado no seu trajeto, o fluxo que se transmuta em quantos forem os objetos de desejo dos foliões.
As causas e os efeitos do carnaval, que entram em ebulição com a oportunidade do encontro, vem de tempos antigos em que ganharam um nexo de investimento coletivo. O fluxo carnavalesco desborda todos os ritos da sociedade. Muito já se falou em liberação sexual no carnaval, mas, tomando cuidado com o falso-moralismo, poder-se-ia advogar o contrário. O carnaval fortalece o desejo e o interdito, ou seja, opera o limite do laço social com as fantasias mais cruas. Não é preciso ser antropólogo ou psicanalista para perceber que as regras tem aqui um componente nitidamente acelerador do fluxo, basta ver os esticados cordões de isolamento ao redor dos grandes blocos.
O carnaval libera fantasmas civilizatórios. Os fantasmas individuais e coletivos de incesto, de sedução e de castração podem aflorar, ser visualizados e conjurados com a festa de Momo. No transe coletivo, os fantasmas mais atravessados são simples transgressões à proibição, relativas a figuras morais que, como se sabe, nada tem a ver com o sexo na avenida.
Inconscientemente, as formas de participação integram diversas modalidades de desejos intensivos. Por exemplo, pais e filhos vão à matinée com motivos distintos. Contando com a bagunça dos jatos de espuma e bolhas de sabão, sob o olhar dos pais é permitida uma válvula de escape que propicia boas troças infantis. A rua vira um playground e, por isso também, há muitos olhares de meninos e meninas de todas as idades, como que abandonados, à procura de parceiros de brincadeira ou substitutos de seus pais e irmãos de outras ocasiões festivas.

Os atos de domínio nitidamente sexual, que concorrem ao assédio em público, são em número bem menor quando comparados às múltiplas simulações e tentativas frustradas de se exibir e de atrair a atenção do outro. Quem pisa na avenida percebe logo o sentido do jogo no espetáculo atual, em que o beijo funciona muitas vezes como um esperado aplauso, tão convencional como um aperto de mãos e um click no mouse.
No campo erótico, a fantasia de macho pegador e de mulher prostituída são muito comuns, mas, no grosso da coreografia atual, apenas alcançam a conotação de norma de comportamento. Don Juan virtual e a prostituta digital possuídos pelo demônio são personagens atônitos da cena, que compartilham com o Hulk, o Batman e a Mulher Maravilha os olhares da galera do desejo acorrentado.
Estabelecendo um jogo dentro desse jogo de investimentos coletivos conta-se com fluxos particulares, que talvez possam ser redobrados de frisson e até de rivalidade Mas a condição da cápsula é excitada de um modo quase compulsivo. Pelo visual, o olho se expande em celulares e câmeras portáteis, que são uma forma de reter fragmentos da experiência, para dar a ela um eventual sentido posterior. Mas se carnaval é fazer a paródia, como obter um sentido fora da performance?
Apesar das amarras, há o grande fluxo que integra o desejo de todos que passam pela festa. Mas, para onde vai a libido? O procedimento condutor básico é histérico, pois visa dramatizar os componentes dos interditos sociais. Curiosamente, no bloco das sapatonas, das muquiranas e dos inúmeros grupos de travestidos, as cantadas tornaram-se estupidamente engraçadas. O disfarce do velho exibicionista que carrega uma prótese sexual não assusta mais as garotas que assistem o desfile do camarote. O que o carnaval faz é retirar a ilusão do sofrer, transformando, pela paródia, a miséria banal em felicidade atual.
Hoje, para aproveitar o desvio e assumir o descontrole e a ambiguidade, o folião torna-se histérico. Transgredindo a fachada social, ele coloca a máscara de gozador, possuído pelo sexo, transeunte perdido e bêbado. Ser pérfido e infiel são adjetivos alternativos do comportamento carnavalesco atual. Mediante as tendências de formatação do carnaval, resta ao pipoca a perfídia para com o sistema cultural dominante.
No carnaval, o que atiça os desejos é o elemento gerador de uma reserva singular de fantasias. O desejo coletivo ajuda a arejar os traumas afetivos, faz dos fantasmas coisas manejáveis até certo ponto, mesmo que sem conseguir espantá-los das mentes cansadas. Isso alivia um tanto a geração de angústia que agonia nossa sociedade. No campo subjetivo, afortunadamente, com essa breve transformação podemos encarar melhor as agruras do mundo real na quarta-feira de cinzas.
O folião detém um saber que o movimenta. É um saber débil, que não segue as normas da maneira instituída e que pode ficar no plano do imaginário, mas que é retomado e reinvestido no rito anual. O que pode deslanchar a liberação é o sujeito estar a fim, expor o desejo e saber se divertir ao pular no meio da multidão. Ou seja, o folião quer fazer a sua performance sem que ninguém o interrompa enquanto delira. Muito além das propagandas e anúncios de leds luminosos, somente interessa gritar mais alto, viva o Carnaval!

Commentaire (0)

Tags: , ,

Derniers feux carnavalesques 2012 (1/2)

Publié le 21 février 2012 par bahiaflaneur

phototheque-1000212h30, mardi 21 février 2012, largo do Campo Grande.
Circuito Osmar Macedo.
Préparatifs pour la dernière journée.
Notre appareil photographique était dans les parages.
La corde, un des moyens de la ségrégation..

carnaval201220
phototheque-10003

Commentaire (0)

Tags: , , , , , ,

Carnaval 2012 en métro ?

Publié le 20 février 2012 par bahiaflaneur

mudancagarcia20122Traditionnellement, depuis le milieu des années 1920, le lundi du Carnaval, sur l’un des circuits du Carnaval de Salvador - dont nous n’avons évoqué encore l’édition 2012 alors qu’il se termine dans la nuit de demain mardi à après-demain - s’effectue un regroupement d’abord festif et déguisé, mais aussi irrévérent, revendicatif, sur un ton résolument jovial de protestation progressiste, dans le quartier de Garcia qui borde la place de Campo Grande, axe central de la Folia.
D’où son nom, Mudança do Garcia. La Mudança (changement) a pour mode d’être l’espace le plus démocratique, inversant totalement l’espace ségrégationnel et standardisé à l’infini qu’est devenu le Carnaval, surtout depuis plus de vingt-cinq ans… Comme l’on dit ici, participe à la Mudança do Garcia “qui le veut et de la forme qui lui plaît”.
La Mudança 2012 se termine au moment de ces lignes ! Viva a Mudança do Garcia !

Photos : Danutta Rodrigues-G1 et Aline Caravina-iBahia (métro)

mudançagarcia20121

Commentaire (0)

Advertise Here
Advertise Here

Soyez guidé à Bahia avec mon agence

Flâner, c'est vivre !

Au fil des jours

mai 2017
L Ma Me J V S D
« jan    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

(dés)information...

AU MARCHÉ

Bahia NOIRE

Bibliothèques

homophobie

Il est mélomane

Ils ont chanté

ILS ONT JOUÉ

ong ?

VIVRE AUX CHAMPS