> Lointains

«Le voyage précède tout. Le voyage anticipe sur tout.
Il est une chance, une voie nouvelle. Il est un chant avant d’être un but
.
»
Joël Vernet

Les lointains. La province de Bahia, chaude et humide mais aussi semi-aride, se voit sans cesse coupée par des fleuves, des rivières, aux plaines tantôt couvertes de plantations de canne à sucre, tantôt de cacao, de manioc…

Et puis… les 40.000 km2 de la Chapada Diamantina*, véritable jardin d’Eden tropical et paradis… Ses cascades, les sables colorés, ses routes cahotiques, de nombreux sites archéologiques, son marécage - Marimbus, à traverser en barque —, ses lacs cristallins, ses grottes, ses vallons et ses chemins escarpés à flanc de collines. Ou bien encore le village colonial, haut perché, de Rio de Contas, au panorama montagneux époustouflant, avec sa vertigineuse cascade Cachoeira do Fraga.

Et au gré des traversées des villages - où les options de randonnées sont innombrables — de Capão, d’Andaraí, avec les voix chantantes s’échappant des botecos, les maisonnettes aux façades multicolores — Mucugê comme poché à la main —, ses rivières transparentes, ses cascades, son cimetère byzantin… Sans oublier les grottes d’Iraquara et ses lacs souterrains** où il est si bon de nager…

Passionnés d’histoire, vous voudrez replonger au cœur d’une des plus sanglantes révoltes populaires du Brésil, celle des Canudos (années 1896/1897), aux alentours du village de Monte Santo, dans le sertão, épiquement et magistralement contée par l’écrivain et journaliste Euclides da Cunha… Et gravir ces collines, dans ce décor où le cinéaste Glauber Rocha choisit, à 23 ans, de tourner son film «Deus e o diabo na terra do sol»…

Le travail à la ferme et l’artisanat sont souvent l’unique source de revenus, en dehors des périodes de fêtes traditionnelles, en cet interior bahianais. Et les places arborisées, nids des namorados au soir tombé, ceintes d’églises coloniales berceront aussi votre regard. Quelquefois d’un charme désuet, des villages ont encore leurs engenhos, que vous pourrez visiter, et y déguster, bien sûr, la cachaça


* décembre-mars : période des pluies ; à partir de juin : période sèche
** comme le “Poço Encantado” (à Itaeté) à l’eau cristalline, d’une profondeur de 65 m !

Laissez un commentaire

© 2017 | Entries (RSS) and Comments (RSS)