Sept tonnes de crevettes parties sans laisser d’adresse

Cefrinor. Soit une entreprise, supposément de référence, de réfrigération et de stockage de produits réfrigérés. Localisée dans la grande banlieue* industrielle de Salvador. Les inspecteurs fédéraux des Ministères de l »Agriculture, et de l »Instituto Brasileiro do Meio Ambiente e dos Recursos Naturais Renováveis (Ibama) n »ont pu se voir remettre, le mercredi 15 avril, à l »intérieur des locaux de l »entreprise, les autorisations de transport et commerce de sept tonnes de crevettes, originaires de l »Etat de Santa Catarina. Ces documents devaient pourtant suivre la marchandise depuis son origine jusqu »à sa destination finale, d »autant plus qu »en cette saison, la langouste et la crevette sont en période de « defeso ». De ce volume, 2.002 kilos avaient, de plus, déjà été retirés et commercialisés par la chaîne Bompreço. L »entreprise Vitalmar Comércio e Induústria de Pescados LTDA** (de la ville d »Itajaí, dans l »Etat de Santa Catarina) a donc été condamnée à payer une amende de 400.000 reais, tandis que Cefrinor devra en débourser 320.000 et que le supermarché Bompreço (appartenant à la gigantesque chaîne américaine Wal-Mart) paiera aussi 120.000 reais, pour le fait d »avoir commercialisé sans preuve d »origine. Et le même jour, les crustacés ont été donnés à une trente-et-une organisations philantropiques. Déclarées, elles !

* À la hauteur du km 3,5 de la Via Urbana Industrial, dans le Centro Industrial de Aratu, à 25 km de Salvador. **Il est intéressant de noter, que déjà, en octobre 2008, les services de l »Instituto de Pesos e Medidas do Estado de São Paulo (Ipem-SP), lors de l' »Operação Trio », avaient relevé de nombreux manques sur les poids, annoncés, des poissons congelés de cette même entreprise Vitalmar Comércio e Indústria de Pescados LTDA. La seiche congelée supposée venir en emballage de 1 kg pesait 219 grammes de moins. Quand deux lots de poissons et un de moules, congelés, se voyaient « allégés » de 15,85% du poids annoncé de 1 kg.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *