Aérien, disent-ils (5)

20 avril 2009. La holding Metrosal, qui chapeaute les trois constructeurs civils chargés de la construction du Métro de Salvador, a décidé d »arrêter, hier, une nouvelle fois, tous les chantiers. Et menace de licencier les ouvriers par centaines. Elle réclame, en effet, encore 50 millions de reais à la mairie de Salvador, entre autres. Alors même que le Tribunal de Contas da União (TCU), à Brasilia, a déterminé par un jugement récent que le chantier avait été payé et devait être conclu. Le maire de Salvador est à Brasilia aujourd »hui pour tenter de débloquer la situation. C »est du moins le contenu du communiqué de son cabinet, ce matin dans la presse locale…
Il est bon de rappeler que la holding a d »ailleurs reçu la bagatelle de presque 600 millions de reais, depuis le début des travaux. Elle est formée des trois constructeurs civils nommés Camargo Corrêa, Andrade Gutierrez et Siemens. Et il est nécessaire aussi de préciser que les deux premiers appartiennent aux familles Corrêa et Andrade, véritables bastions ultra-conservateurs et milliardaires, aux patrimoines immobiliers gigantesques, à Bahia, depuis des centaines d »années.

Cumul persistant
Par ailleurs, depuis le 2 janvier 2009, le président – Pedro [Antônio] Dantas [Costa Cruz] – de l’entreprise privée responsable de l’administration du chantier du Métro de Salvador (site du Métro), la Companhia de Transporte de Salvador (CTS) n »est plus secrétaire du gouvernement de la prefeitura* de Salvador. Mais, dorénavant, Secetário de Planejamento Tecnologia e Gestão (SEPLAG) de la prefeitura de Salvador. Sans oublier son poste de directeur de Dantas Associados Consultoria e Assessoria, entreprise privée qui sous-traite les appels d »offres, publics, of course !

* mairie.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *