Carnaval, ou le Temps d’un retour

André Setaro aime par dessus tout le cinéma, mais aussi le carnaval, les femmes, l’amitié, les artistes, les plaisirs gustatifs, et va bientôt fêter soixante ans de présence à Salvador. Son avis sur le carnaval est l’un des tout premiers qui nous importent ; en ce sens nous publions l’un de ses derniers commentaires, pertinent, édité sur son blog http://setarosblogspot.com*


 » (…) tout, dans cette misérable Bahia, n’est pas perdu. Le Carnaval, de plus, est une monstruosité, un festival de bruits, où règnent, vierges, l’ignorance, la démence, la stupidité. Hier j’ai été à la boulangerie du coin acheter notre pain quotidien et un débile mental, avec une canette à la main, beuglait comme un animal, bien que dans ce pâté de maisons, il n’y ait ni musique ni animation. Mais, il est bon de rappeler, j’aime Bahia de jadis avec ses carnavals romantiques et agréables. Je ne sortais pas, durant la semaine de carnaval, du Clube de Engenharia où de belles donzelles et des gens stylés aimaient faire un arrêt avant d’aller à la Praça Castro Alves, la place du peuple, comme disait Castro Alves.
Il est nécessaire que se « refonde » les fêtes carnavalesques sur d’autres modes. Les médias n’évoquent pas la violence, mais il est notoire que la mode actuelle est « le spray de piment malagueta » pour laisser les yeux des foliões** tels la braise.
Je ne suis pas élitiste ; comme on pourrait le penser à la première lecture de ce post, bien au contraire. On ne sent plus l’arôme du peuple dans le Carnaval de Salvador (celui de Recife est bien plus attrayant) – ce qui serait bon, mais ce qui se sent est l’odeur d’une classe moyenne idiotisée, ou comme l’on disait autrefois en des temps plus marxistes, aliénée, avec leurs tee-shirts achetés à crédit exhorbitant, avec ses petits sauts sans grâce, avec ses anxiétés de personnes mal aimées qui veulent profiter du désordre général à tout prix. Ou, encore, une petite élite avec ses petites loges de luxe, entourée par un buffet kilométrique et renouvelable, à boire son scotch pendant que, là, en bas, les trios elétricos annihilent toute perplexité, dans le son puissant d’une impulsion de cri sans mobile, sans sentiment, qui ne soit le sentiment du tintamarre ».

*Présent en lien permanent, dans la colonne de droite de ce blog.
** Foliões : participants de la « Folia », autre nom du Carnaval.

——————————-

« Como se pode observar pelos seus comentários, nem tudo, nesta Bahia miserável, está perdido. O Carnaval, além do mais, é uma monstruosidade, um festival de barulho, onde reinam, impolutas, a ignorância, a insensatez, a estupidez. Ontem, fui à padaria da esquina comprar o pão nosso de cada dia e um débil mental, com uma latinha na mão, berrava como um animal, ainda que, no recinto, não houvesse música nem animação. Mas, vale ressaltar, amo a Bahia do pretérito com seus carnavais românticos e agradáveis. Não saia, nos dias de Momo, do Clube de Engenharia, onde moçoilas bonitas e gente mais civilizada gostavam de fazer ponto antes de ir para a Praça Castro Alves, a praça do povo, como dizia Castro Alves.
É preciso que se ‘refunde’ os festejos momescos em outros moldes. A mídia silencia em relação à violência, mas soube que a moda agora é ‘spray de pimenta malagueta’ para deixar os olhos dos foliões a arder em brasa.
Não sou elitista, como se pode pensar assim à primeira leitura do post, mas muito pelo contrário. Não se sente o cheiro do povo no Carnaval soteropolitano (o de Recife é bem mais atraente) – o que seria bom, mas o que se sente é o cheio de uma classe média idiotizada, ou, como se dizia antigamente em tempos mais marxistas, alienada, com seus abadás comprados a prestações de perder de vista, com seus pulinhos desgraciosos, com suas ânsias de pessoas mal amadas que querem aproveitar a bagunça generalizada de qualquer maneira. Ou, então, uma pequena elite com seus camarotes de luxo cercada de um ‘buffet’ quilométrico e renovável, a tomar ‘scotch’ enquanto, lá em baixo, os trios elétricos fazem a geléia geral da perplexidade no alto volume de um impulso de grito sem móvel, sem sentimento, que não seja o sentimento da algazarra. »

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *