2011, la nouvelle ère ? (2)

La direction nationale du Partido Verde n’expulsera pas son militant le plus illustre, le ministre de la culture, Juca Ferreira, contraire à la candidature de Marina Silva à la présidence de la république et favorable à un vote pour le candidat du Parti dos Trabalhadores (PT) pour le poste de gouverneur de Bahia. La candidature de Marina Silva, selon Juca Ferreira, n’amènera rien de bon : “Seria positivo que a candidatura do PV fizesse criticas às insuficiências do atual governo na área da sustentabilidade, mas se constituir como candidatura de oposição, eu acho um equivoco histórico, vai gerar um isolamento, perda de densidade. Vai ser um retrocesso”. Cette déclaration faite le 14 mars à Brasilia confirme donc une posture d’opposition, suspecte et rétrogade du Partido Verde, pour Juca Ferreira.
La direction nationale a seulement opté pour des candidatures propres dans certains états – avec des candidats que presque tout oppose comme par exemple Fernando Gabeira*, dans l’Etat de Rio, et le candidat de Bahia, déjà évoqué dans nos colonnes – et accepte que l’une de ses « icônes » s’absente temporairement et appelle à voter pour le pouvoir. Pour nous, le Partido Verde brésilien, ce lieu où l’absence de discipline interne, l’arrivisme sans borne, un fatras idéologique et les errements éthiques graves – anti-darwinisme de la candidate – continuent d’être la règle.

* Ex militant d’extrême gauche et partisan de la guérilla urbaine, il a accepté, dans des passés récents, de nombreux postes sous des gouvernements ou des mairies conservateurs, à Rio de Janeiro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *