Newton Cardoso : son crime annoncé contre l’environnement

newtonNé dans la province de Bahia, plus exactement à Brumado il y a soixante-douze ans, son père était tailleur tandis que sa mère était couturière, et il ne comptait pas moins de treize frères et soeurs. Au milieu des années 50, sa mère venait alors de devenir notaire, et dressait les actes pour la ville de Brumado. Elle aida alors une entreprise de minerais, Magnesita, à enregistrer des parcelles dans la région… Newton Cardoso quitta alors Bahia pour Belo Horizonte, où il devint quasiment le fils adoptif des propriétaires de Magnesita…
Cinquante ans plus tard, après avoir été patron de dizaines de petites entreprises,  maire, député fédéral, gouverneur de l’Etat du Minas Gerais de 1987 à 1990, proche du gouvernement de José Sarney, après avoir racheté à bas prix des biens fonciers de la gigantesque entreprise nationale Vale do Rio Doce, privatisée par le gouvernement du président Fernando Henrique Cardoso, Newton Cardoso se retrouve à la tête de seize entreprises au Brésil, d’une usine sidérurgique, de six sociétés dans des paradis fiscaux, de cent quarante cinq fermes (fazendas) dans les États du Minas Gerais et de Bahia – pour une surface de plus de cent cinquante mille hectares – ainsi que de quinze mille têtes de bétail. Mais est également propriétaire de cent cinquante véhicules, de trois avions et d’un hélicoptère, d’un capital évalué à trois milliards de reais*, propriétaire d’appartements et d’un hôtel trois étoiles à Paris**, sans oublier un compte bancaire en Suisse… Le portrait succinct, ici donc, d’un des hommes forts du Brésil, du parti PMDB et de l’un des hommes politiques les plus corrompus du Brésil, selon la presse magazine nationale.
À tout cela s’ajoute une propriété de cent dix hectares sur la commune de Nova Viçosa – la Fazenda Abrolhos – à l’extrême sud de Bahia, qui borde la mer sur quatre kilomètres. Achetée en 1996, quand il était député fédéral, cette parcelle, par la volonté de son propriétaire, va devenir un complexe hôtelier resort***. Un investissement de  huit cent millions de reais, dont 25% apportés directement par Newton Cardoso. Le natif de Brumado veut implanter là « la plus grande piscine d’eau douce du monde ». Les autorités bahianaises laisseront-elles commettre ce crime ?

* Une valeur deux cents fois inférieure à celle déclarée à la justice électorale brésilienne en 2007.
** Le Résidence des Halles, proche du Musée du Louvre, au 4, rue des Halles.
*** Basé sur le modèle du resort San Alfonso, à Algarrobo, au Chili.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. capdeville dit :

    Si tu prends la liste des propriétaires de plus de 5000 hectares, tu vois que la réforme agraire a de beaux jours et de belles campagnes devant elle. Le probléme comme je l’ai vécu dans le « reconcavo », c’est que les terres une fois redistribuées ne sont pas mises en culture mais revendu pour acheter un appartement ou un pick-up

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *