Le fer, nouvelle cible des fonds d’investissement ?

ferroLe gouvernement de Bahia a annoncé, le 11 mars, « une grande découverte de fer » sur la municipalité de Coração de Maria, à 116 km de Salvador. La quantité disponible n’a pas été rendue publique, mais le secrétaire de l’Indústria, Comércio e Mineração da Bahia, James Correia, a affirmé que Ferrous Mineração, l’entreprise qui a fait la découverte, prétend y investir 1,2 milliard de reais dans les prochaines années.
Selon James Correia, les études de viabilité sont prêtes et le groupe pourrait construire un mineroduc pour joindre la ville au port de Aratu, deuxième pôle industriel de Bahia, au sud de Salvador. L’estimation la plus probable serait que le début de l’extraction intervienne d’ici à trois ou quatre ans. Et le secrétaire de rappeler que Ferrous sonde actuellement plus de quarante mille hectares dans l’Etat.
Le producteur brésilien de minerai Ferrous Ressources do Brasil, qui envisage actuellement de s’introduire à la Bourse de Londres, appartient en réalité à des fonds d’investissements des Etats-Unis, d’Angleterre et d’Australie. Ce groupe industriel tentaculaire, qui regroupe entre autres Ferrous Mineraçao, déploie ses activités dans tout le Brésil et provoque souvent des manifestations de la part des amis de la nature, préoccupés devant les destructions annoncées. Comme ce film ci-dessous, tourné dans l’Etat du Minas Gerais, le montre. À l’époque, en 2008, il y avait le risque de détruire des sources d’eau qui fournissaient des milliers d’habitants dans la région de Córrego Ferreira, dans le district de Brumadinho. Cette protestation SOS Serra da Moeda réunit, le 21 avril 2008, plus de 2.500 personnes.

Par ailleurs, la compagnie Bahia Mineração prétend implanter le Projeto Pedra de Ferro dans une autre région, celle de Caetité, à 757 km de Salvador, pour produire environ vingt-cinq millions de tonnes de minerai de fer par an. Ce grand projet sera formé par un système de captation d’eau industrielle, de lignes de transmission d’énergie, d’une mine et d’une usine de concentration, sans ublier toute la logistique de transport par des routes de quatre cents kilomètres (!)  et un terminal privé offshore, lié à une zone spéciale, à Ponta da Tulha, à côté de Ilheus. Le Projeto Pedra de Ferro devrait fonctionner à plein régime courant 2012, ce qui transformerait l’État de Bahia en troisième producteur du Brésil. Dans ces deux cas, toutes les options de transport ferroviaire sont déjà clairement exclues et ouvrent, plus que jamais, grande la voie à l’industrie automobile, à la pollution et à la destruction de certains éco-systèmes de la région.

Bon film !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *