Paulo César de Souza révèlera-t-il Freud aux Brésiliens?

sigmund141« J’estime que le traducteur doit se préoccuper des sens que les mots avaient pour l’auteur, et non pas comme ils sont venus à en avoir pour les commentateurs et interprètes. (…) Répondant plus concrètement à votre question, je ne me suis pas préoccupé avec ce qui était consacré ou diffamé. »*
C’est ainsi que Paulo César de Souza résume l’esprit de ses traductions, de l’allemand, de l’œuvre de Sigmund Freud. Une grande première pour les lecteurs brésiliens qui n’eurent à lire, jusqu’en 2004, que des traductions de traduction. En effet, les trois premiers volumes des Œuvres complètes seront lancés le 18 mars 2010, aux prestigieuses éditions Companhia das Letras. Quant à l’ensemble, il devrait être achevé aux alentours de 2020. Vingt volumes au total, dont dix-huit seront traduits et édités par Paulo César de Souza. À partir de l’édition allemande Gesammelte Werke publiée entre 1940 et 1952.
Un compagnonnage certain avec le natif de Freiberg, en effet, pour ce bahianais de cinquante quatre ans – également renommé traducteur de Brecht et de Nietzsche et féru de musique populaire brésilienne** – qui publia ainsi un premier article sur Freud, en 1985, intitulé « Nosso Freud », dans le quotidien Folha de São Paulo. Puis sa première traduction d’un texte du maître, « A Transitoriedade » publiée dans le même journal, en 1989.

* Interview donnée à Marcos Strecker, 
du quotidien Folha de São Paulo, en février 2010.
** Caetano Veloso lui a dédié la chanson « Eclipse oculto », selon les spécialistes.

ICI, est diponible une réflexion de Luiz Alberto Hanns sur l’ouvrage de P.C. de Souza, thèse qu’il soutint à l’Université de São Paulo en 1990, et qui ressort en 2010, « As palavras de Freud ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *