Monsanto et ses lobbies brésiliens: tout-puissants

monsantoAu mois de mai 2010, la multinationale américaine du « génétiquement modifié » s’était plainte, auprès du gouverneur de Bahia, d’une concurrence déloyale, selon elle, pour la fourniture d’un composant chimique sur le marché brésilien. Cette substance, le glifosato, entre en effet dans la composition de l’herbicide le plus utilisé au Brésil, et fabriqué par Monsanto, dans son usine au nord de Salvador, à Camaçari. Des entrepreneurs chinois étaient montrés du doigt.
À peine soixante jours auront suffi pour satisfaire les patrons de Monsanto. Période pendant laquelle Jaques Wagner aura surtout intercédé auprès du Ministério do Desenvilvimento, Industria e Comércio Exterior (MDIC) pour favoriser Monsanto.
Et c’est donc tout naturellement que ce lundi 21 juin 2010, les dirigeants de Monsanto se trouvaient dans le bureau du gouverneur, dans son « palais » sité dans le quartier d’Ondina, pour le remercier. Les instituts de recherche en cancérologie ont de « beaux »jours devant eux…

(photo d’archives : le gouverneur Jaques Wagner avec des cadres de Monsanto / photo d’illustration du livre de l’excellente  journaliste d’investigation française Marie-Monique Robin).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *