Cássio Nobre, la viola en poupe

cassionobreCássio Nobre a de nombreux projets. Relectures et compositions inédites, qu’elles se nomment samba de viola, pagode de viola, baião de viola, ponteios, modas, choros, folia de reis, l’interprète recherche toujours de « nouveaux timbres », de nouveaux rythmes et « textures sonores ». Il s’envolera pour Copenhague, fin octobre, invité pour le prestigieux Womex, le plus grand salon mondial dédié aux musiques du monde, folk, traditionnelles et ethniques. L’accompagneront les douze membres du groupe de samba de roda « Samba Chula de São Braz », pour un show programmé dans la grande salle. Ils seront les uniques représentants de Bahia. Avant cela nous l’avons rencontré pour évoquer son actualité « d’incitateur » de la samba de roda, et ses rendez-vous musicaux pour 2011.

Cássio a toujours mis un point d’honneur à « maintenir une certaine distance entre ses recherches ethnomusicologiques et sa création artistique ». Pour cela, le musicien, quand il intervient aussi comme comme producteur ou directeur musical  d’un disque de musique  de samba de la province de Bahia « souhaite apprendre des manières traditionnelles de jouer cette musique, et cela dans le contexte social de ces  joueurs de samba de roda, comme joueur de viola de machete ». Le natif du Maranhão désire ainsi « affirmer la persistance de cette musique du Recôncavo et sa pratique » en dirigeant des ateliers, régulièrement, dans le contexte même de cette samba de roda  de cette région du Recôncavo. Afin qu’elle continue « à s’adapter aux transformations actuelles et continue ainsi pendant très longtemps ».
Avant cette fin d’année, Cássio souhaite lancer son nouveau disque instrumental, « Couraça » (type de Cuirasse de cuir des vachers du sertao de Bahia), où les violas auront la part belle. Ces musiques viendront en prolongement de celles enregistrées pour « Ultima Pele ». Et Cassio espère également innover avec la mise en réseau, sur son propre site internet en 2011, de « Larvamigra » (minuscule parasite migrant, également appelé « animal géographique, qui entre dans la peau des êtres humains, dessinant par leurs parcours des cartes géographiques*), futur disque composé et produit « en partenariat avec plusieurs musiciens d’Europe, d’Amérique latine et d’Afrique », disponible pour le public gratuitement, ce dernier pouvant participer en composant ses propres versions de  ce « Larvamigra ». Ce projet vient de recevoir une Bourse de production culturelle pour l’internet, de la part de la FUNARTE, organisme fédéral lié au ministère de la culture.
* Analogie avec les partenaires musicaux venus d’horizons divers, sur le web. On notera ainsi que les trois titres des albums de C. Nobre se réfèrent à la peau (pele).

Discographie:
– Ultima Pele (2007) – label à Bahia : Tantascoisas ; distribution nationale: Tratore.
– Cássio Nobre a donc assuré la direction musicale, en novembre 2009, du premier disque du groupe (voir photo ci-dessous) de samba de roda, typique de la région du Recôncavo, « Samba Chula de São Braz ». Formé de neuf musiciens, dont Cássio avec sa viola à dix cordes et une viola machete, il intègre également quatre femmes choristes. São Braz est un bled proche de la ville de Santo Amaro da Purificação. La production phonographique de ce « Quando dou minha risada, há, há… » est assurée par Tadeu Mascarenhas, déjà évoqué dans ce blog pour le groupe de rock Radiola.
Pour écouter le disque, il y a deux adresses:
http://www.myspace.com/sambachuladesaobraz
http://www.euterpediabrasil.com/profile/SambaChuladeSaoBraz
samba-chula-de-sao-braz

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. roclafamilia dit :

    Helpful blog, bookmarked the website with hopes to read more!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *