Tunga, entre inspiration et expiration

tungaIl a déjà eu tous les honneurs artistiques, Tunga, même le hall d’entrée du musée du Louvre entre septembre et décembre 2005, avec une commande… Plus d’une dizaine d’ouvrages, au Brésil et en France, reflètent son travail. Telle la romancière Catherine Millet qui a commenté ses dessins… Artiste plastique (vidéos, interventions, sculptures, modelages, aquarelles sur papier chiffon, etc.) depuis plus de quarante ans, originaire du Pernambouc mais installé à Rio de Janeiro, Antônio José de Barros Carvalho e Mello Mourão, fils du renommé poète Gerardo Mello Mourão – qui fut indiqué pour le Prix Nobel en 1979 – il expose à Salvador, dans un musée de l’Etat de Bahia, cette même oeuvre « parisienne », cinq années plus tard, nommée « À la lumière de deux mondes » / »À luz de dois mundos ».
Lorsqu’on l’a interrogé sur ce que signifie être artiste, Tunga nous a répondu: « Pirar est la source de mon inspiration, de mon expiration, et de ma « piration ». Il y a donc « pirar » dans une notion de retour, « reGrécer »*, qui est la synthèse dialectique entre inspiration et expiration »

* « Revenir à la Grèce », selon Tunga. Pirar, en portugais, souvent associé au monde des drogues, pourrait se traduire, dans le cas de Tunga, comme « se consumer de l’intérieur »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *