Beauté de Salvador, par Yaci Andrade

mamcarybeYaci Andrade est professeure dans l’enseignement public et photographe amateur. Nous avons grandement apprécié sa photo, en surplomb du Musée d’art moderne (MAM) de Bahia, avec en premier plan la grille dessinnée par le peintre Carybé (1911-1997), qui fut le plus populaire et célébré illustrateur et peintre figuratif de Bahia, et le meilleur ami du photographe Pierre Verger.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Yaci Andrade dit :

    Merci de signaler ma photo.
    Je voudrais ajouter que le MAM – Musée d’Art Moderne, est une administration axée non seulement pour sa collection, mais s’étend à des manifestations culturelles pertinentes pour le grand public, et pour sa beauté naturelle, attire un public fidèle.

  2. bahiaflaneur dit :

    Ce commentaire ci-dessus n’engage que sa signataire.
    Pour notre part nous ne pouvons pas nous associer au terme « grand public ». Bien au contraire, la nouvelle direction s’efforce de montrer – à rebours de la direction précédente au long de ses dix-huit années consécutives de pouvoir totalitaire – des oeuvres internationales dont la forme prime, avant tout. Ce choix mécontenta, durant quatre ans, 90% des « artistes » bahianais habitués aux copinages, et me satisfait. Combien de fois me me suis-je pas entendu dire par tel ou telle copain copine photographe: « Savez-vous, flâneur, combien vous et moi, qui ne représentont que moins de 10% de la classe artistique, sommes isolés pour soutenir la voie choisie par Solange Farkas?  »
    Cette même direction monte une à deux fois l’an grand maximum, il est vrai, des expositions « grand public », qui ne sont rien de plus, le plus souvent, que ce que l’on pourrait nommer des rétrospectives de très bons artistes-illustrateurs-artisans appliqués et cohérents, consensuels, et le plus souvent brésiliens. Et ces mostras permettent de présenter des chiffres de fréquentation plus qu’honorables.
    De plus cette direction promet depuis plus de deux ans une réforme complète de l’infrastructure. Une salle climatisée pour stocker l’ensemble du fonds* devait être construite… Les crédits semblaient réservés et pourtant rien n’apparaît. Un nouvel adminstrateur du musée est aux commandes depuis seulement sept mois…
    Nous nommerons donc la démarche artistique de Solange Farkas comme courageuse, salutaire et déterminée, elle qui incarne la « lutte » contre toute vision provinciale, mais qui, en rien, n’a encore formé un public natif de cette modernité. Pour notre plus grand désarroi ! Qui pourrait également s’appliquer à l’actuelle exposition de l’inventif vidéaste moderne Caetano Dias (cf. « Le sein, la marguerite et le chien » dans ce blog) qui doit recevoir moins de cinq visteurs par jour, depuis son inauguration le 28 septembre 2010. Vernissage fêté par moins de… cent cinquante personnes !
    * Tout le fonds est depuis deux ans dans les sous-sols du… Palacete Rodin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *