Tropicália: origines, genèses

tropicalia1

Tropicália

– L’oeuvre de Hélio Oiticica fut exposée au Museu de Arte Moderna do Rio de Janeiro, en avril 1967.
On distingue deux tentes, du sable et du gravier sur le sol, quelques vases et des plantes. Décor tropical ?
Selon l’auteur Hélio Oiticica, en mars 1968 il s’agissait « d’une tentative consciente, objective, d’imposer une image clairement « brésilienne » au contexte général d’avant-garde et des manifestations, en général, d’art national » et une volonté de « créer le mythe du métissage* – nous sommes noirs, indiens, blancs, tout en même temps – notre culture n’a rien à voir avec l’européenne, malgré le fait d’être soumise à elle jusqu’à aujourd’hui: seulement le noir et l’indien n’ont pas capitulé devant elle ».

– À São Paulo, en 1967, lors d’une des nombreuses rencontres informelles du petit groupe de musiciens, c’est sur l’insistance du chef opérateur et co-producteur du long-métrage Vidas Secas (Nelson Pereira dos Santos, 1964), Luis Carlos Barreto, influencé par une visite au Musée, et avec l’appui du producteur des amis de Caetano et Gil, Guilherme Araujo, que le titre fut donné à la chanson de Caetano déjà écrite et composée.

* En portugais, « miscigenação ».

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *