A Tarde: tombeau pour la presse de Bahia ? (2)

atarde6Comme si de rien n’était. Dans l’édition du quotidien datée du 9 mars 2011, un article anodin était signé par le reporter licencié très exactement trente jours auparavant. Mise à pied seule ? Blâme isolé ? L’opinion publique et encore moins le lecteur du dit journal ou de ses concurrents n’en sera informé. Depuis cette date, le reporter signe régulièrement des papiers. Et sur les réseaux sociaux virtuels auxquels il participe, il se tait.
Circulez, y a rien à voir !
Seul, en dehors des blogs qui furent parmi nos sources d´information, un éditorial d´une professeur universitaire et journaliste de ce même journal et donc en aucune manière indépendante, mais lu sur la chaîne publique TVE le 11 fevrier, avait abordé allusivement et sans personne nommer, le licenciement et les « exigences » du secteur privé. Sans pointer les responsabilités évidentes du gouvernement local de Bahia, mandataire du chantier sur lequel le journaliste avait attiré l’attention. Cette journaliste, il est vrai, est également représentante de sa profession auprès de l’Assemblée Législative de Bahia. Un enterrement de première classe, derriêre les apparences, pour cette affaire, malgré la grande finesse et intelligence du raisonnement de l’intellectuelle. Écoutez donc ci-dessous :

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Davidikus dit :

    Difficile d’y voir clair… Peut-être a-t-il été repris en pigiste ?
    http://davidikus.blogspot.com/

  2. bahiafla/blog2neur dit :

    Ce mercredi matin, 1h00 au milieu de la nuit, la dernière nouvelle serait que le journaliste soit embauché par la Folha de Sao Paulo, et quitte donc le journal A Tarde…. ! Nous venons de le lire sur l’un des reseaux virtuels auxquels il participe….BF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *