Mestre João Pequeno de Pastinha s’est éclipsé…

« O Que me levou para capoeira foi a vontade de ser valentão »/ »Ce qui m’amena à jouer de la capoeira fut la volonté d’être vaillant ». Celui qui s’exprimait ainsi dans les années 2000 portait initialement le surnom de João Carvão, car sa première profession (carvoeiro), à la fin des années vingt, fut de fabriquer du charbon de bois (carvão). Mais il était aussi, alors, agriculteur et vacher (chamador de boi). C’était dans les années 30, il n’avait pas encore 20 ans, et il vivait au nord de Salvador, à Mata de São João. Mais il était né à Araci, en province, d’où il fuya, en 1934, à cause des grandes sécheresses d’alors. Et c’est bien plus tard, à 25 ans accomplis, qu’il s’installa à Salvador et y travailla comme maçon et poinçonneur dans les autobus. Mais c’est le moment qui le vit également intégrer un groupe de capoeira – qu’il pratiquait depuis l’âge de quatroze ans – , celui de mestre Pastinha (Vicente Ferreira Pastinha)…  Parmi les élèves, ils étaient deux João. L’un prit le surnom de João Grande et l’autre de João Pequeno. Le style de João Pequeno était décrit comme « rasteiro », et pour cela il avait gagné un autre surnom: « cobra mansa ».
Depuis 1982, bien qu’il habitait la lointaine périphérie, il avait ouvert une académie de capoeira dans le forte de Santo Antônio Além do Carmo, dans le centre historique. Cette très grande figure de la capoeira Angola, qui voyagea beaucoup en Europe, ne fumait pas plus qu’il ne buvait, mais souffrait de la maladie de Chagas. De son vrai nom João Pereira dos Santos, né en 1917, il est décédé vendredi 9 décembre 2011.
En 1998, il reçut le titre de Cidadão da Cidade de Salvador, puis en 2003 celui de Doutor Honoris Causa de l’Universidade Federal de Uberlândia (dans l’État du Minas Gerais), et la décoration Comenda Zumbi dos Palmares, attribué par le gouvernement de l’État de Alagoas. La même année, la consécration vint avec la remise, par le président de la République, Luis Inácio Lula da Silva, du titre de Comendador da República do Brasil. En 2007 il reçut également, par la Câmara Municipal de Vereadores de Salvador, la Medalha Zumbi dos Palmares et, en 2008 fut nommé Doutor Honoris Causa par l’Universidade Federal da Bahia (UFBA).

Un film:
« O Velho Capoeirista: mestre
João Pequeno de Pastinha », mise en scène de Pedro Abib (Pedrão de João Pequeno), 1999, 18 minutes.

Une autobiographie:
« Mestre João Pequeno, Uma vida de Capoeira », avec Luiz Augusto Normanha Lima, Editora independente, 2000

Trois livres:
– « Capoeira, identidade e gênero: ensaios de história social da capoeira no Brasil », de Luiz Augusto Leal, Editora Ufba, 2009
– « Capoeira », Editora Azougue, sous la direction de Frede* Abreu et de Maurício Barros de Castro, Editora Azougue (Coleção Encontros), (ISBN 9788579200052)
– « 
Capoeira Angola ; ensaio sócio-etnográfico », de Waldeloir Rego, Editora Itapoan (Salvador),1968

Un blog:
http://joao-pequeno.com/historia/

* Frede Abreu ou bien Frederico José de Abreu.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *