Salvador sur le vif

Il est 5h28 et le soleil est encore bien pâle, ce mercredi 3 avril 2013, en plein centre-ville.
Une femme, sortie de nulle part, hurle son mécontentement à un homme invisible.
Elle dépose sur le faîte d’une grille un sac dont elle extirpe, un à un, des habits multicolores, immaculés et pliés.
Un à un, elle les déchire,  avec une hargne peu commune et des cris qui réveillent tout le quartier.
Puis les jette sur la chaussée, un à un.
Allez savoir…
folle1
folle2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *