Le cinéaste

andreluizoliveira13062013bIl vit depuis 1991 à Brasilia. Son premier long métrage, en 1969 – Meteorango Kid. O heroí intergalático – reçut les louanges de la critique et reste juqu’à aujourd’hui une marque du cinéma d’avant-garde au Brésil. Plus tard, il fera un autre film, dont le directeur de la photo sera un certain… Mario Cravo Neto.
Il était de passage à Salvador à l’occasion de l’anniversaire de naissance du poète Fernando Pessoa, dont il a mis en musique les 44 poèmes de « Mensagem »  – qu’il présente scéniquement depuis une vingtaine d’années… Et venait également montrer son dernier film, « A Mensagem de Fernando Pessoa – Mito e Música »*.
À peine la guitare lâchée, il a accepté de poser pour ce double portrait.
* (Portugal/Brasil – 2012/2013 – 60 minutes)
La filmographie de A. L. Oliveira :
http://www.revistazingu.blogspot.com.br/2009/07/dalo-filmografia.html
Une interview en portugais (revue Zingu), hébergée récemment dans le blog d’un autre cinéaste de Bahia, Jorge Alfredo:
http://cadernodecinema.com.br/blog/andre-luiz-oliveira/

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. À sa mort, on découvrit, enfouis dans une malle, 27 543 textes que l’on a exhumés peu à peu. Le Livre de l’intranquillité n’a été publié qu’en 1982 et son Faust en 1988. Tous ces manuscrits se trouvent depuis 1979 à la Bibliothèque Nationale de Lisbonne .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *