« Antônio das mortes », l’égal de « Like a Rolling Stone »

« Un des plus hauts points de ma conscience de spectateur », c’est ainsi que le réalisateur américain Martin Scorsese se souvient, dans ces deux longs moments d’interview, combien, alors qu’il était étudiant au Washington Square College, deux films – et précisément Antônio das Mortes – de Glauber Rocha lui avaient indiqué « qu’une mythologie primitive était créée sur l’écran », en « réinventant le langage cinématographique ».
Passionnantes remémorations, d’un metteur en scène, « illuminé » par Antônio das Mortes, et qui ne vit que pour le cinéma, depuis l’enfance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *